Ukraine: «C’est très difficile désormais à Bakhmout, Vougledar, Lyman», dit Volodymyr Zelensky

0
928

Pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la situation « se complique » sur le terrain face aux troupes russes. Le pays est à nouveau la cible d’intenses bombardements. 

La situation « se complique » sur le terrain face aux troupes russes en Ukraine, qui est à nouveau la cible d’intenses bombardements, a reconnu, samedi 4 février, le président Volodymyr Zelensky. « Au cours des 346 jours de cette guerre, j’ai souvent dit que la situation sur le front était difficile. Et que la situation se compliquait », a-t-il déclaré dans son message quotidien. « L’ennemi se regroupe dans certaines zones. Il concentre ses principaux efforts sur la conduite d’opérations offensives dans les directions de Koupiansk, Lyman, Bakhmout, Avdiïvka et Novopavlivka », avait peu auparavant averti le ministère ukrainien de la Défense.

Dans la région de Donetsk, des tirs d’artillerie « massifs » ont visé Avdiïvka, le samedi matin, sur la ligne de front orientale, après que Kramatorsk, une autre cité très convoitée par les Russes, a été touchée dans la nuit par des roquettes, ont signalé les autorités ukrainiennes. Ces dernières 24 heures, dans la seule province méridionale de Zaporijjia, des obus se sont abattus sur des « infrastructures civiles » situées sur les territoires de 26 localités, selon les mêmes sources. Les frappes ont également continué sur Kherson, une grande ville du sud prise puis abandonnée par les Russes. À Kharkiv, dans le nord-est, les autorités ont rapporté deux frappes russes ayant fait au moins cinq blessés et endommagé des immeubles résidentiels.

Bakhmout sous pression

Les gardes-frontières ukrainiens ont de leur côté assuré, samedi, avoir repoussé un « assaut des envahisseurs » et les avoir chassés de la banlieue de Bakhmout après qu’une reconnaissance aérienne eut révélé que « l’ennemi se préparait à attaquer » cette cité à l’épicentre des combats en Ukraine. Ils ont tiré au mortier « sur le lieu de concentration des occupants », puis les ont « forcés à battre en retraite », peut-on lire dans leur communiqué. « Cette semaine, les forces d’occupation russes ont déployé tous leurs efforts pour percer notre défense et encercler Bakhmout et ont lancé une puissante offensive dans le secteur de Lyman. Mais grâce à la résilience de nos soldats, ils ont échoué », a résumé samedi la vice-ministre de la Défense Hanna Maliar.

 « Des combats acharnés ont lieu dans les quartiers nord pour chaque rue, chaque maison, chaque cage d’escalier », a indiqué de son côté le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, dont les hommes sont en première ligne sur place. « Les forces armées ukrainiennes ne battent pas en retraite. Elles se battent jusqu’au dernier homme », a-t-il déclaré, cité par son service de presse sur Telegram.

Odessa sans électricité

De son côté, la cité portuaire d’Odessa souffrait samedi d’importantes coupures de courant à la suite d’un incident technique dans une centrale électrique, qui a constamment été victime de bombardements russes ces derniers temps. « Le district et la ville d’Odessa ont été presque complètement été privés de courant. Près de 500 000 personnes n’ont pas d’électricité », a souligné Maksym Martchenko, le chef de l’administration régionale. « Toutes les infrastructures essentielles ont été alimentées (en courant). Ainsi, la ville aura de l’eau et de la chaleur. Environ un tiers des consommateurs ont l’électricité », a par la suite dit le ministre de l’Energie Guerman Galouchtchenko.

(Avec AFP)

Le premier Leopard 2 canadien à destination de l’Ukraine est parti

Ce samedi 4 février, le Canada a expédié le premier des chars Leopard 2 qu’il a promis à l’Ukraine, a annoncé la ministre de la Défense Anita Anand. Un avion de l’armée de l’air canadienne a « décollé de Halifax avec le premier char de combat Leopard 2 que nous donnons à l’Ukraine », a indiqué la ministre dans un tweet. « Le Canada est solidaire avec l’Ukraine, et nous continuerons à fournir aux forces armées ukrainiennes l’équipement dont elles ont besoin pour gagner », a ajouté la ministre.

« Les chars de combat sont en route pour aider l’Ukraine. Le premier Leopard 2 canadien est parti. Le soutien du Canada à l’Ukraine est inébranlable », a proclamé la ministre dans un autre tweet accompagné d’une vidéo montrant le chargement du char et le départ de l’avion le transportant. Le Canada avait annoncé fin janvier sa décision de livrer à l’Ukraine quatre chars Leopard 2 de fabrication allemande, au lendemain d’une annonce similaire de plusieurs pays occidentaux.

Il y a « consensus » avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour que les armes fournies par les Occidentaux ne soient pas utilisées pour des attaques sur le territoire russe, a affirmé le chancelier allemand Olaf Scholz dans une interview dimanche. Kiev s’attend à recevoir « entre 120 et 140 » chars lourds de différents pays. L’Allemagne livrera notamment quatorze chars Leopard 2 prélevés sur les équipements de son armée.

(Avec AFP)