Selon une étude, 90 ℅ des congolais soutiennent la Russie et dénoncent les accords pétroliers avec Total

0
1991

C’est le résultat d’une enquête réalisée sur un échantillon de 4000 citoyens congolais des principales villes du pays que sont Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi, Kinkala, Owando, Ouesso. 90 % des personnes consultées apportent leur soutien total à l’opération spéciale Russe en Ukraine, dénoncent l’Otan et la France. Le plus surprenant est de constater que les accords pétroliers avec Total soient remis en cause par les congolais qui exigent une révision profonde en faveur du Congo.

Une étude réalisée par un groupe d’étudiants révèle le soutien total de 90 % des congolais à la Russie dans sa guerre contre l’Otan en Ukraine. Les personnes interrogées expliquent pourquoi la Russie de Poutine gagnent les cœurs des africains dans les pays francophones au détriment de la France. Il revient à la France de le constater à cause de son paternalisme et sa volonté de pillage prolongée de l’Afrique.

Le sentiment anti français n’est pas aussi développé dans les pays anglophones où l’Angleterre s’en est allée après les indépendances. Les congolais n’admettent plus que la France continue de croire que l’Afrique francophone est sa chasse gardée, que la France pense à leur place et leur dicte une ligne de conduite.

Les congolais dénoncent aussi les accords pétroliers entre le Congo et la France via Total et exigent au gouvernement d’ouvrir des négociations pour les revoir au profit du Congo à qui appartient le pétrole. 90 % des congolais s’offusquent du cynisme des occidentaux sur la question du blé ukrainien en utilisant le nom de l’Afrique après le retrait Russe de l’accord de son exportation vers l’Europe et non l’Afrique.

Pour ces Congolais, Vladimir Poutine a eu raison d’intervenir en Ukraine au vu de la mauvaise volonté des Occidentaux qui n’ont pas respecté les accords de Minsk et ont continué à se rapprocher des frontières de la Russie. La France a essayé en vain d’entraîner l’Afrique contre la Russie et cet échec est célébré par les congolais qui souhaitent aussi dénoncer les accords coloniaux qui lie ce pays au Congo.

A Brazzaville, Owando et Ouesso, 100 % des personnes interrogées sont favorables au départ total de la France du Congo et à la fin du franc Cfa. C’est à Pointe-Noire, Dolisie et Nkayi que les gens dénoncent à 100 % les accords pétroliers avec la France. 80 % des citoyens de Dolisie demandent au gouvernement que leur ville reprenne son nom congolais de LOUBOMO au détriment de celui du colon français.

A Kinkala par exemple, la majorité estime qu’il est temps que les autorités arrêtent de se faire embobiner par la France et de suivre l’exemple du Mali et Burkina Faso.

Les Congolais apportent leur soutient total au BRICS et souhaitent que le sommet d’août en Afrique du Sud de cette organisation lance une nouvelle monnaie adossée à l’or.