Renvoi de migrants au Rwanda: le ministre britannique de l’Immigration démissionne

0
547

Le ministre britannique de l’Immigration a démissionné, le mercredi 6 décembre au soir, en raison d’un « profond désaccord » avec la politique d’envoi des migrants au Rwanda. Projet que l’aile droite des conservateurs juge insuffisamment sévère.

Dans sa lettre de démission, Robert Jenrick souligne « de profonds désaccords avec la direction du gouvernement en matière d’immigration », précisément son portefeuille depuis un an. « Je ne peux pas rester à mon poste alors que je suis en profond désaccord avec l’orientation de la politique du gouvernement en matière d’immigration », a écrit sur X (anciennement Twitter) cet allié de longue date de Rishi Sunak, estimant que son projet ne va « pas assez loin ».

Quelques heures plus tôt, Downing Street avait publié un projet de loi pour permettre de délocaliser le système de demande d’asile au Rwanda. La justice avait jugé cette politique illégale, mais le texte permettrait au gouvernement de légalement considérer le Rwanda comme un pays sûr, et ainsi ignorer ses engagements en termes de droits humains.

Pas assez loin

Pour le ministre démissionnaire, et pour toute la droite du Parti conservateur au pouvoir, cette loi d’urgence ne va pas assez loin : l’aile dure espérait un retrait de la Convention européenne des droits humains.

Le départ de Robert Jenrick laisse présager une rébellion du parti lors du vote de la loi, pas encore programmé. En cas de défaite, il s’agirait d’une claque majeure portée à l’autorité de Rishi Sunak, moins d’un an avant les prochaines élections et alors qu’il a promis de faire baisser l’immigration illégale.

Le Premier ministre lui a répondu dans une lettre que son départ était « décevant », craignant par ailleurs qu’il soit « basé sur une incompréhension fondamentale de la situation ».

Quel avenir pour Sunak

Ce jeudi 7 décembre au matin, la presse se montre pessimiste pour le Premier ministre Rishi Sunak. Et, signe de l’importance de la démission de Robert Jenrick : le ministre de l’Immigration a détrôné Boris Johnson à la Une des journaux, lequel Boris Johnson qui s’expliquait hier, pourtant, sur sa – très discutée – gestion de la pandémie de Covid-19.

Le Daily Express, tabloïd jamais avare de formules choc, résume l’épisode : « Jenrick se rebelle contre l’accord Rwanda ». Car Robert Jenrick trouve que la stratégie migratoire du gouvernement ne va pas assez loin – lui et toute l’aile droite du parti auraient voulu quitter les conventions internationales, comme l’explique le Times.

Un « cirque » au gouvernement

Le Daily Telegraph, très conservateur, place même une autre figure de la droite du parti : Suella Braverman, ex-ministre de l’Intérieur, qui quelques heures avant la démission de Jenrick promettait au gouvernement « l’oubli électoral », justement à cause de sa stratégie migratoire.

L’opposition travailliste dénonce depuis hier soir un « cirque » au gouvernement, davantage occupé par les « postures » que par le service public. Dans un éditorial, le Daily Mail récapitule l’enjeu de cette démission, à moins d’un an des prochaines élections : « Les Tories cesseront-ils un jour de se battre entre eux, et quand se mettront-ils à combattre les travaillistes ? »