Quatre cliniques non-conforme suspendues à Brazzaville

0
598

L’inspection générale de la santé a procédé le 15 Septembre à Brazzaville à la fermeture de quatre cliniques, jugées non conformes à la réglementation en vigueur en matière d’ouverture et de fonctionnement des établissements sanitaires au Congo. 

Dans l’objectif de lutter contre l’exercice illégal des structures  de santé et de professionnels, l’inspection générale de la santé  et les agents de police administrative de la Direction générale de police se sont attelés à la remise des notifications de fermeture à titre conservatoire dans les formations sanitaires de Matité au château d’eau, clinique Internationale à Poto-Poto, Nouvelle vie Médicité  , et celle de Ngalipomi à Moungal, afin de permettre dans les 72 heures de libérer les patients admis dans ces centres de santé.

Pour l’Inspecteur général de la Santé, Richard Bileckot, ces quatre cliniques fermées exercent illégalement, nombreux n’ont pas : d’autorisation d’exercice signé par le ministre de la Santé et de la population, d’autorisation d’implantation et d’ouverture d’une formation sanitaire, et l’autorisation d’exercice des médecins étrangers.

La clinique Matété, au château d’eau est fermée pour absence d’autorisation d’implantation et d’ouverture ; défaut de transfert et extension d’activités non autorisées. La clinique internationale est suspendue pour motif d’absence d’autorisation d’exercice de trois médecins et de deux paramédicaux de nationalité étrangère et de l’exercice illégal des professions de la santé.

La clinique de Ngalipomi est fermée pour absence d’autorisation d’implantation et d’ouverture ; absence de médecin du responsable ;absence d’autorisation d’exercice d’un médecin de nationalité étrangère et récidive de mise en danger de la santé d’autrui. Par ailleurs les travaux de construction de la clinique la nouvelle vie medicité sont suspendus à cause de l’absence d’autorisation d’implantation.

Les responsables de ces formations sanitaires sont donc appelées à se conformer à la réglementation en vigueur en République du Congo, sinon d’autres sanctions seront prises. Le Congo compte plus de 300 cliniques privées et 44 centres sanitaires publics a fait savoir le professeur Richard Bileckot.