Procès valises d’argent du Congo : Guy Nzouba s’explique et réclame son milliard confisqué !

0
1205

Le procès de l’opposant gabonais Guy Nzouba Ndama s’est ouvert ce mardi à Franceville (Haut-Ogooué). Défendu par trois avocats triés sur le volet dont le bâtonnier de l’ordre des avocats du Gabon, Me Lubin Martial Ntoutoume, celui qui avait été arrêté avec 1,190 milliard de liasses de billets de banque dans ses valises a plaidé pour le restitution de son argent confisqué le 17 septembre dernier par la justice gabonaise. Il risque tout de même une amende de 2,3 milliards et 6 mois de prison avec sursis.

L’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise Guy Nzouba Ndama sera fixé ce 25 octobre sur le sort que lui réserve la justice gabonaise dans l’affaire des 3 valises d’argent saisies à l’arrière de son pick-up alors qu’il revenait d’un voyage au Congo. Convoqué à Franceville ce mardi pour répondre des chefs d’accusation de contrebande, transport de marchandises prohibées, l’opposant et ses conseils ont livré leur ligne de défense.

L’opposant et ses conseils à l’issue de l’audience de ce mardi

Selon la défense de l’opposant, l’argent saisi et reversé à la hâte dans les caisses du Trésor public gabonais proviendrait de la vente d’un de ses immeubles détenus à Pointe-Noire au Congo. De cette vente, l’opposant aurait ainsi recueilli 1,3 milliard de nos francs. Ce qui correspondant largement à la somme retrouvée dans ses valises qui était de l’ordre de 1,190 milliard. D’où sa demande de restitution des fonds confisqués.

Une ligne de défense que ne partage pas le parquet de Franceville qui a sonné la charge contre l’opposant et requis contre lui une amende 2,3 milliards et 6 mois de prison avec sursis en plus du milliard déjà confisqué. L’affaire a été placée en délibéré pour le mardi prochain. Ainsi sauf surprise de dernière minute, l’opposant déjà placé en résidence surveillée ne devrait pas aller en prison quel que soit l’issue de ce procès.