Prix scientifique : Francine Ntoumi représentera le Congo au Japon

0
452

Le ministre de la Santé et de la Population, Gilbert Mokoki, a annoncé le 5 août que la responsable de la Fondation congolaise pour la recherche médicale, la Pr. Francine Ntoumi, représentera le Congo au prix scientifique du Japon, lors de sa visite guidée au Centre de recherche sur les maladies infectieuses Christophe-Mérieux à la cité scientifique.

Les prix scientifiques distinguent des chercheurs qui contribuent au progrès de la connaissance et aux avancées de la recherche médicale d’aujourd’hui et de demain. Pour sa contribution remarquable dans le domaine de la recherche, la Pr Francine Ntoumi a été désignée pour la réception du Prix scientifique au Japon. L’information a été livrée par le ministre de la Santé et de la Population au terme de la visite effectuée dans son laboratoire.

Cette visite lui a permis de s’enquérir du travail réalisé, notamment sur les recherches des pathogènes responsables des maladies diarrhéiques, bacille de Koch (la tuberculose), du plasmodium falciparum (du paludisme), VIH (Sida) ainsi que pour la Covid-19. Elle a concerné le plateau technique et tous les compartiments de cet édifice.

Gilbert Mokoki a apprécié le travail effectué par la Fondation congolaise pour la recherche médicale(FCRM). En effet, il a émis le souhait de formaliser la relation de coopération entre les deux laboratoires : le laboratoire national et le Centre de recherche sur les maladies infectieuses Christophe-Mérieux.

« C’est ici dans ce laboratoire que je trouve la réponse parce qu’il peut traiter vingt-quatre échantillons par jour tandis que le Congo a envoyé cent échantillons à Kinshasa en République démocratique du Congo dont cinquante-deux échantillons sont de retour », a-t-il dit.

Il a, par ailleurs, promis d’instruire la sous-commission de laboratoire et de recherche de travailler en collaboration avec la FCRM.  « Je vous encourage de poursuivre la recherche, car si un pays ne se lance pas dans la recherche il est voué à l’esclavage. La recherche fait partie des moyens de riposte », a fait savoir le ministre de la Santé et de la Population.

De son côté, la Pr. Francine Ntoumi a énuméré les activités du centre, soulignant également la présence des étudiants de l’Université Marien-Ngouabi.

Le Centre de recherche sur les maladies infectieuses Christophe-Mérieux est le seul à avoir doté d’un laboratoire du séquençage pour des souches qui circulent dans le contexte du Covid-19 au Congo. A cet effet, poursuit-elle, il était important au ministère d’avoir connaissance du centre pour savoir quel type de variant circule pour pouvoir adapter la riposte.