Pourquoi en 2022, les ministres congolais se font payer à la main?

0
1191

A l’heure de la numérisation et bancarisation, les ministres du Congo luttent contre le progrès en imposant au pays un retard sur tous les plans. Les handballeuses congolaises au retour de Dakar ont fait face à la réalité de la paie en mains de leurs primes et même celles évoluant en Europe doivent attendre que leur entraîneur ramène leurs primes en mains alors que tout cela pouvait s’arranger par un virement bancaire. Mais au pays des voleurs, tout se doit passer par les mains pour permettre aux intermédiaires de manger. C’est ainsi que chaque fin du mois, une employée du Trésor Public, fait la ronde des maison des ministres avec un Nguri de Cfa pour effectuer leur paie.

Le développement est d’abord mental avant d’être traduit sur le terrain. Le reflet des réalisations de la classe dirigeante prouve à suffisance le degré de leurs cerveaux encore ancrés dans le passé. Des ouvrages bricoles à court terme dans lesquels sont engloutis des milliards du contribuable. Et ils se font appeler des grands bâtisseurs.

En 2022, la paie des fonctionnaires de l’intérieur du pays se fait encore de façon archaïque occasionnant des détournements sous excuses parfois des braquages. Des agents du Trésor Public sont contraints d’embarquer dans des Hélico de l’armée avec des sacs d’argent pour aller effecteur le paiement des salaires souvent même dans les capitales des départements.

L’émergence tant vantée n’a pas encore permis à un fonctionnaire de Ouesso, Makoua ou Impfondo de recevoir directement son salaire dans son compte bancaire. Et ce sont ces gens qui se vantent d’avoir fait pour le pays.

Cette réalité se vit malheureusement au cœur de la capitale politique Brazzaville dans le traitement mensuel des membres du gouvernement. Les 11 et 15 millions Cfa officiels que les ministres perçoivent les sont payés à la main par une employée du Trésor Public.

Chaque mois, elle fait la ronde des résidences des ministres avec des enveloppes sur lesquelles le nom de chacun d’eux est écrit. C’est le Congo que veut le clan Sassou.