Pollution : Honoré Sayi interpellé sur la circulation des véhicules dont l’âge est supérieur à 20 ans 

0
1163

Le ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Honoré Sayi a été entendu sur la circulation d’anciens véhicules, par la Commission Environnement, sécurité alimentaire et développement durable de l’Assemblée nationale, ce lundi 20 mars, à Brazzaville.

Il s’est tenu ce lundi 20 mars à Brazzaville, l’audition du ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Honoré Sayi, par la Commission Environnement, sécurité alimentaire et développement durable de la chambre basse du Parlement. 

L’interpellation des députés a porté sur le projet de loi portant gestion durable de l’environnement. Ainsi, la Commission parlementaire a auditionné le ministre sur la circulation des véhicules dont l’âge est supérieur à 20 ans et qui constituent une source de pollution. 

« Il nous a été posé des questions autour de la pollution résultant de la mise en circulation des véhicules d’une certaine vieillesse, des véhicules importés qui normalement en raison de leur pollution actuelle ne devaient pas être tolérés », a déclaré Honoré Sayi. 

En réponse à cette préoccupation, le ministre en charge des Transports a indiqué que le gouvernement met tout en œuvre pour la préservation de l’environnement. 

« Nous avons dit qu’il y a non seulement une loi qui préexistait, mais qu’il y a eu également des décrets d’application de même les arrêtés, pour réglementer cette situation dans notre pays », a-t-il souligné.

Dans le même esprit, le Congo entend « renforcer ses opérations de contrôle technique au Port autonome de Pointe-Noire », principale porte d’entrée des véhicules d’occasion importés, rapporte la Cellule de Communication et des systèmes d’information du ministère des Transports. 

L’exécutif envisage également dans un « futur assez proche », une « transition vers l’usage des véhicules électriques », notamment dans les transports urbains et interurbains, ajoute ladite cellule. 

Dans le cadre de la protection de l’environnement, le 22 septembre dernier, le ministère de l’Environnement, du développement durable et du bassin du Congo avait interdit la circulation des véhicules polluants sur toute l’étendue du territoire national.