P/Noire:cocufié par un mauritanien, un jeune tente de brûler la boutique du dernier

0
1307




La déception amoureuse peut conduire l’homme à tous les extrêmes, surtout en cette période, où tout le monde vit sous tension, à cause de la crise qui frappe le pays.Un jeune ponténégrin du quartier Nkouikou n’a pas supporté qu’un boutiquier mauritanien lui fasse la main noire. Furieux, il s’est rendu dans la boutique du dernier accompagné de ses amis pour tenter d’y mettre le feu. Apeuré , le sujet Maur a proposé une somme de 150.000 frs à sa victime afin de trouver un terrain d’entente.




Au quartier Nkouikou de Pointe-Noire, RM, un jeune de 26 ans et chômeur de son état, a rassemblé les preuves de l’infidélité de sa petite amie. Cette dernière le trompait avec un mauritanien qui tient une boutique à quelques encablures de sa maison.

Étant chômeur et sans revenus financiers, RM ne pouvait subvenir à tous les besoins de sa petite amie, amoureuse de la bonne vie et du luxe. Au Congo, et surtout à Pointe-Noire déclarer son amour à une fille équivaut à une prise en charge totale. La femme offre son corps et en retour, l’homme s’occupe d’elle.




Un homme pauvre a peu de chance d’être aimé, c’est ce qui est arrivé à RM après son licenciement de l’entreprise où il touchait 200.000 frs le mois. Incapable de prendre soin de sa petite amie, cette dernière s’est jetée dans les bras du bon payeur mauritanien.

Après avoir rassemblé toutes les preuves de l’infidélité de sa petite amie avec le boutiquier mauritanien, RM a réuni quelques amis avec lesquels, ils se sont rendu au commerce de son rival pour demander des comptes.




Après un échange de paroles, RM a décidé de passer à l’acte en brûlant sa boutique afin de le priver de sa source de revenus. Le mauritanien a proposé une solution amicale et a mis sur la table une somme de 150.000 frs et une renonciation officielle devant témoins à sa relation adultérine.

Satisfait, RM a encaissé cette somme et quelques produits alimentaires promettant au mauritanien de passer prochainement à l’acte sans sommation s’il insistait à lui faire la main noire.