Des policiers municipaux réclament d’être intégrés à la mairie

Le collectif  des agents de police municipale de Brazzaville  a exigé  le 11 juin  l’intégration, “immédiate  et sans condition”, de 132 jeunes recrutés  depuis  2005 et affectés  dans les  différents  services  de la mairie.

« Nous collectif des agents de police municipale, soucieux  de notre avenir  professionnel  et conscient  de ce que  le droit  au travail  est  un droit constitutionnel, nous  réclamons  le recrutement à la mairie, par le fait que nous avons commencé à travailler depuis 2005 sans décision d’engagement », a fait savoir le porte-parole du collectif  des agents de police municipale  de la ville de Brazzaville,  Rock Landry Milandou.

Les agents  de police municipale ont également  demandé  la réparation  du dommage subi  au regard de la violation flagrante  des dispositions  du code  de travail , et  l’annulation de toutes les notes de services  en rapport avec leur affectation. Ils ont  en outre conditionné  cette mesure prise par les autorités municipales par leur intégration comme agents municipaux.

Dans une déclaration, ce collectif  a souligné que durant ces seize années, les agents  de cette plateforme,   avaient toujours  œuvré  dans les services de la mairie de Brazzaville  sans arrêtés ou  les notes d’intégration

Se référant  à l’article 30 de la Constitution  qui stipule que «  l’Etat reconnait à tous les citoyens le droit au travail et crée les conditions pour rendre effective la jouissance  de ce droit »,   et aux  missions assignées à ce service  par la délibération numéro 02/94/ CMCB du 27 septembre 1994 portant création de la police par le conseil municipal et départemental de Brazzaville, le collectif  des agents municipaux a accordé un délai  d’un mois, pour la prise en compte  de leurs revendications.