Plus de 6 milliards de FCFA alloués à la formation des jeunes

0
862

Ce mardi 9 janvier, à Brazzaville, le ministre de l’Economie et des finances, Jean-Baptiste Ondaye, l’ambassadrice de France au Congo, Claire Bodonyi, et la directrice adjointe de l’Agence française de développement (Afd) à Brazzaville, Marie Dubuffet, ont officialisé la convention de financement du Projet Mosala (« Travail »). Ce projet, destiné à renforcer l’adéquation entre la formation et l’emploi pour les jeunes Congolais, bénéficie d’un financement total de 10,3 millions d’euros, soit 6 milliards 776 millions de F CFA.

La somme totale se divise entre un montant de 7,5 millions d’euros provenant du Contrat de désendettement et de développement (C2D) et 2,8 millions d’euros provenant d’une délégation de fonds de l’Union européenne à l’Agence française de développement (Afd), mis à disposition de la République du Congo.

Le projet, supervisé par le ministère de la Jeunesse, est articulé autour de trois composantes principales. La première vise à soutenir la structuration et le pilotage du dispositif de formation qualifiante et de l’emploi au sein de la Direction générale de la formation qualifiante et de l’emploi (DGFQE). 

La deuxième s’attache à appuyer le Fonds national pour l’employabilité et l’apprentissage (Fonea) dans ses actions de formation adaptée aux besoins du marché de l’emploi. 

Enfin, la troisième composante concerne l’appui à la mise en œuvre des dispositifs d’accompagnement vers l’emploi de l’Agence congolaise pour l’emploi (ACPE).

Le ministre en charge de l’Economie, Jean-Baptiste Ondaye, a exhorté les gestionnaires du projet à relever le défi consistant à fournir des modèles de formation adaptés aux besoins réels du marché de l’emploi des jeunes. 

Chers gestionnaires, ayez à cœur le défi que le Gouvernement s’est engagé à relever dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Mosala, en partenariat avec l’Agence Française de Développement, à savoir :  mettre à la disposition de la jeunesse des modèles de formation adaptés aux besoins réels du marché de l’emploi des jeunes”, a-t-il déclaré.

Il était accompagné de son collègue Hugues Ngouélondélé, en charge de la jeunesse, et de Giacomo Durazzo, Ambassadeur de l’Union européenne au Congo.