Pas d’argent pour le sport, mais des milliards pour les fêtes

0
1768

À comparer à la cadence des montants débloqués ou volés au trésor pour des événements sans réel intérêt, les fonds alloués au sport congolais demeurent virtuels. La programmation au ministère des finances ne suit pas. Faut-il, dans ces conditions, s’attendre aux résultats miracles?

Selon de bonnes sources, les différents mandats de paiement établis pour le compte des Diables Rouges football A », qualifiés au Chan Algérie 23, sont en souffrance au trésor ou au cabinet du ministre des finances chargé de leur programmation pour paiement.

La mise au vert de l’équipe, prévue au Maroc du 16 décembre 22 au 10 janvier 23- avant de mettre le cap sur Alger- devient quasi incertaine, à cause du non paiement des 299 millions fcfa seulement. Tout autant que le déblocage des fonds, d’un montant de 872 millions de fcfa, destinés aux charges incompressibles de l’équipe(achat d’équipements de froid adaptés à la saison en Algérie, primes des joueurs…).

Une autre urgence, les équipes de football du Congo, notamment les Diables Noirs, qualifiés pour la phase de poule de la coupe Caf, et les Diables Rouges football, dans le cadre des éliminatoires Can Total Énergies Côte d’Ivoire 23, risquent de jouer devant les gradins vides. Et pour cause, les travaux de réfection de l’unique stade de football du Congo partiellement homologué par la Caf sont à l’arrêt, faute de paiement des factures dues aux prestataires chinois et autres.

Selon nos sources, sur le milliard de FCFA prévu à cet effet, sur instruction urgente du Chef de l’État, les 500 millions de fcfa d’acompte programmé n’ont toujours pas été versés aux sociétés adjucataires. Aïe!

Des arriérés de paiement de salaire, d’un montant de 203 millions de fcfa, soit près de 13 mois de salaire , sont également dus à l’entraîneur des Diables Rouges, Paul Putt. Son loyer n’est plus payé depuis des mois, soit 25 millions de fcfa. Impossible pour le Congo, dans ces conditions, d’engager la procédure de rupture de contrat à l’amiable avec le belge, pour « insuffisance de résultats », au risque de subir le paiement des dommages et intérêts pour défaut de paiement, comme il en a été le cas avec les entraîneurs expatriés précédents qui ont traîné le Congo devant la Fifa et le Tas. Fabrisio, le coordonnateur du centre de formation des U17, pépinière du football congolais, si les Diables Rouges veulent déjà rêver de figurer sur les 9 qualifiés, zone Afrique, de la prochaine coupe du monde en 2026 , réclame, lui aussi, 9 mois d’arriérés de salaire, l’équivalent d’un peu plus de 96 millions de fcfa, auxquels il faut y adjoindre 28 millions de fcfa de mois de son loyer impayé. Mameh!

Younes, l’entraîneur des Diables Rouges hand ball filles, accuse également des arriérés de salaire qui s’élèvent à 45 millions de fcfa. Il est parti, la mort dans l’âme, passer ses vacances grâce aux primes offertes par le premier ministre Anatole Collinet Makosso.

Pour tenter de sécuriser les infrastructures sportives, un contrat de gardiennage, d’un montant de 153 millions de fcfa, a été signé avec la société Scab,obligée de lever le pied, comme le gouvernement peine parfois à respecter sa signature.

Faut-il noter que les contrats en matière de sport au Congo sont signés par le ministre des sports et son collègue des finances, respectivement partenaires technique et financier du gouvernement.

A. Ndongo, journaliste économique et financier