P/​Noire : un blanc trouble une fa­mille en en­cein­tant deux sœurs et une cou­sine

0
2387

La joie d’avoir un blanc comme amou­reux a tourné au vi­naigre pour Ju­dith, une fille du quar­tier la Base de Pointe-Noire. Son blanc lui a fait la main noire avec sa propre sœur et cou­sine pro­vo­quant ainsi une crise de ten­sion qui l’a conduit à l’hô­pi­tal.

A force de vivre au Congo, un su­jet eu­ro­péen au nom de Marco Spati de na­tio­na­lité ita­lienne s’est vite in­té­gré et a adopté le com­por­te­ment des hommes Congo­lais dans la pa­gaille sexuelle. Bien que vi­lain, sa peau blanche lui at­tire des convoi­tises et les filles sont prêtes à tout pour être avec lui en couple. C’est l’avan­tage d’être un blanc à Pointe-Noire.

S’étant mis en couple avec Ju­dith qu’il a connu dans un res­tau­rant du centre-ville, Marco a été pré­senté à la fa­mille comme étant l’homme pro­vident qui al­lait chan­ger leur vie. Em­ployé dans le sec­teur pé­tro­lier, l’Ita­lien ne mé­nage au­cun ef­fort et com­mence à prendre soin de sa belle-fa­mille.

Peu à peu, sa belle -sœur tombe dans son piège et de­vient la ri­vale de sa propre sœur dans une re­la­tion que les deux main­tiennent en se­cret. Plus tard, c’est l’une des cou­sines qui tombe aussi dans les fi­lets de l’Ita­lien qui gère alors les trois sœurs.

Contrai­re­ment à Ju­dith la ti­tu­laire qui évite de tom­ber en­ceinte bien qu’amou­reuse de son blanc, sa propre pe­tite sœur et sa cou­sine vont être en­ceinté par Marco. Au dé­part, les deux sœurs re­fusent de pré­sen­ter les au­teurs de leurs gros­sesses jus­qu’à la nais­sance des bé­bés mé­tis res­sem­blant à l’Ita­lien.

Confuses, les deux cou­sines igno­raient to­ta­le­ment être les maî­tresses de l’époux de leur propre sœur. Une fa­mille di­vi­sée par un Ita­lien dont l’unique avan­tage est d’avoir la peau blanche et de tra­vailler dans le pé­trole. Même Ju­dith son épouse lui a rap­pelé être trop vi­lain pour la mé­ri­ter et qu’elle s’était mis en couple avec lui dans l’unique ob­jec­tif de quit­ter le Congo un jour pour l’Eu­rope.