P/Noire:  l’Université catholique du Congo ouvrira ses portes en 2023

0
1343

En séjour de travail à Pointe-Noire, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a visité, le 27 avril, en présence de quelques membres du gouvernement, les travaux de construction de l’Université catholique du Congo-Brazzaville basée à Liambou, dans le département du Kouilou.

Le chef du gouvernement a, en effet, visité les différents compartiments abritant la Faculté des sciences et technologies, les dortoirs et les autres pavillons achevés à plus de 80%. Bâtie sur une superficie de 10 hectares, l’université de Liambou accueillera 250 étudiants dès la rentrée académique 2023-2024, sur les 800 attendus. « Si Dieu le veut, nous voulons ouvrir notre université le 9 octobre 2023. Nous commencerons avec la Faculté des sciences et technologies dans un premier temps.  C’est une université qui appartient à l’Eglise, pour le moment nous ne pouvons pas encore dire le nombre de facultés ou d’instituts qui vont la constituer. Elle pourra s’étendre sur plusieurs campus en dehors de Pointe-Noire », a expliqué le président de l’Association des fondateurs de l’Université catholique du Congo-Brazzaville, Mgr Ildevert Mathurin Mouanga.

Fruit de la collaboration entre le gouvernement et l’Eglise catholique du Congo, l’Université de Liambou sera le premier établissement d’enseignement supérieur du genre installé à proximité du département de Pointe-Noire. Son ouverture permettra de répondre à la problématique de la migration des bacheliers de la ville océane et de ses environs vers Brazzaville. Il s’agira aussi de lutter contre le décrochage scolaire car la plupart des bacheliers sont confrontés aux problèmes de logement et de transport. La première pierre des travaux de construction de cette université, financée par un consortium pétrolier de l’exploitation de Moho-Nord, à savoir Total Energies, Chevron et la Société nationale des pétroles du Congo, a été posée le 11 décembre 2015 par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso. Et le gouvernement y a injecté quelque 18 millions de dollars, selon Mgr Ildevert Mathurin Mouanga.

« Je pense que c’est une bonne chose, c’est une attention très particulière du gouvernement, notamment du président de la République vers la population, surtout les plus jeunes pour leur offrir une formation de qualité, une alternative de formation », a conclu l’évêque de Kinkala, département du Pool.

Interrogée sur la particularité de cet établissement, la ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Delphine Edith Emmanuel, a rappelé que la multiplication d’universités dans le pays répond à la volonté politique consistant à rapprocher l’offre des formations de la population. Le but étant de disposer des cadres propices pour l’enseignement supérieur sur l’ensemble du territoire national. « L’université est ouverte aux étudiants nationaux ou étrangers qui vont être sélectionnés sur la base des critères de l’excellence. Le capital humain a de la valeur et pour cela, ce sont les meilleurs étudiants qui seront formés dans cet établissement pour le plus grand bonheur de notre pays », a précisé la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique.

Après la visite de l’université, le Premier ministre et sa suite ont scruté, en présence du directeur général d’Energie électrique du Congo, les installations de cette société de service public devant permettre de rendre pérenne l’alimentation de l’université et des alentours de Hinda.