P/N: victimes d’un braquage de 50 millions, les Libanais de la Citronnelle jouent au pasteur Castanou

0
797

La pâtisserie la « Citronnelle » située au centre-ville de Pointe-Noire a été victime d’un braquage le jeudi 22 décembre au cours duquel, les malfrats ont emporté la bagatelle de 50 millions cfa. Un jackpot pour ces voleurs qui ont sans doute bénéficié d’une complicité interne, en cette période des fêtes de fin d’année. Mais bizarrement, les propriétaires Libanais de cet établissement s’alignent sur la voie du pasteur Yves Castanou en niant catégoriquement avoir été victimes d’un forfait.

Pourtant la nouvelle de ce braquage a été fuitée par la police qui a diligenté une enquête dans l’espoir de mettre la main sur les voleurs. Le même scénario du braquage au domicile du pasteur Yves Castanou qui a nié les faits avant que la vérité qu’il prêche chaque jour ne lui rattrape.

Pour certains Congolais avertis, ce comportement des Libanais alors qu’ils sont victimes cachent bien des choses. Pourquoi gardaient-ils une si forte somme d’argent dans leur pâtisserie en lieu et place d’une banque ? N’ont-ils pas un autre business secret ? Est-ce un règlement de comptes?

Ce qui est évident pour un policier qui a requis l’anonymat, il y a bel et bien eu une ou plusieurs complicités internes ayant informé les braqueurs sur la cachette de cette énorme somme d’argent.

La pâtisserie la Citronnelle est un peu comme la Mandarine de Brazzaville où convergent des personnes qui se croient nanties ou celles qui s’imaginent une vie européenne. On peut le voir par les prix élevés des marchandises vendues. « C’est compliqué de le digérer pour eux et surtout en cette période des fêtes, mais, la maladresse est d’abord de leur propre gré, car garder une telle somme dans une pâtisserie, n’est pas toujours une solution idéale. En définitive, le tord revient toujours à celui ou celle qui a commis un tel acte. Prions bon que cette situation préoccupante trouve une solution pour y remédier l’avènement festival de fin d’année et de nouvel an à la joie de tous, puisque La Citronnelle reste une incarnation de plusieurs générations ponténégrines ».a écrit un internaute