Oyo : Wamba aurait bien bastonné Raoul Ominga pour une affaire des fesses et Sassou a rigolé avant d’agir

0
4151

L’histoire est devenue une moquerie dans leur milieu, le tout puissant directeur général de la SNPC, Maixent Raoul Ominga a été bien tabassé par le turbulent fils du chef de l’État, Arnaud Wamba Sassou Nguesso. Les uns ont parlé au départ du refus du DG de reverser à Wamba sa part d’argent du pétrole, mais en réalité, il s’agit d’une affaire des fesses d’une fille. Raoul Maixent Ominga aurait tenté de faire la main noire à Arnaud Wamba Sassou Nguesso.

Les milles étoiles qui ont émerveillé sa vue après une série de gifles bien appliquées par Arnaud Wamba Sassou Nguesso, ont fait aussi comprendre à Raoul Ominga qu’il n’est rien devant les enfants de Denis Sassou Nguesso. La réaction du chef de l’État de punir son fils par une garde à vue dorée n’était qu’une façade pour ne pas faire perdre la face à celui qui gère le pétrole qui leur sert de source de financement.

Selon une indiscrétion, Arnaud Wamba Sassou Nguesso gardait rancune contre Raoul Ominga après avoir appris qu’il tournait autour de l’une de ses nombreuses concubines. Pourtant un fait normal au sein de cette famille où la main noire est autorisée, sauf que Raoul Ominga est allé un peu loin en « tapant du mal à Wamba chez la fille ».

A son âge et vu son rand social, dénigrer un autre homme pour arracher sa femme est un jeu des débutants que Wamba n’a pas du tout apprécié, surtout quand il a évoqué sa maladie. Ominga aurait dit à la maîtresse de Wamba qu’il ne serait qu’un diabétique qui ne banderait plus efficacement.

Des propos humiliants que la fille a rapporté à son homme Wamba, emporté par une colère de lion qui l’a poussé à agir et régler cette tentative de main noire entre hommes. Interrogé à cet effet, Raoul Ominga a voulu jouer au grand frère et intellectuel devant Wamba qui a rappelé ses instincts sauvages de Ouenzé avant sa reconnaissance par son père.

Sans avoir oublié ses réflexes de Judoka ou Karaté, Arnaud Wamba Sassou Nguesso a infligé une correction bien méritée au DG de la SNPC qui a eu recours au mensonge pour diaboliser son bourreau en inventant à escient une affaire d’argent.