Mfouati: Pierre Oba et sa fille exploitent illégalement du diamant dans cette localité de la Bouenza

0
1444

Si­tuée dans le dé­par­te­ment de la Bouenza, la lo­ca­lité de Mfouati est un scan­dale mi­nier qui ne pro­fite pas à ses po­pu­la­tions, mais plu­tôt au gens ve­nus d’ailleurs, no­tam­ment de la Cu­vette et Chine. En de­hors de la so­ciété So­remi dont l’usine dis­pose d’une ca­pa­cité de trai­te­ment 20 tonnes an­nuelles de cuivre et 25 de zinc, on ap­prend l’exis­tence ca­chée d’un site d’ex­ploi­ta­tion de dia­mant ap­par­te­nant au mi­nistre des mines Pierre Oba. Des dia­mants de Mfouati sont ex­por­tés à l’insu des po­pu­la­tions vers l’Oc­ci­dent et l’Asie sans que la lo­ca­lité n’en tire pro­fit.

Un site ca­ché d’ex­ploi­ta­tion de dia­mant dont le pro­prié­taire n’est entre autre que le mi­nistre des mines Pierre Oba a été re­péré à Mfouati par les po­pu­la­tions qui s’étonnent de la mau­vaise foi de ce mi­nistre na­geant dans un conflit d’in­té­rêts ahu­ris­sant. C’est la carte blanche que Pierre Oba au­rait ob­tenu du chef de l’État.

Des res­sources na­tu­relles de tout un pays qui servent ceux qui sont ap­pe­lés ap­por­ter du sou­rire aux po­pu­la­tions. La lo­ca­lité de Mfouati mal­gré ses res­sources mi­nières manquent de tout à cause de la cu­pi­dité et manque de pa­trio­tisme des au­to­ri­tés po­li­tiques. Celles-là même qui tiennent à contrô­ler Mouyondzi, mais in­ca­pables d’amé­lio­rer les condi­tions de vie des po­pu­la­tions dans les zones qu’elles ont ar­ra­ché des sièges.

Si­tuée à quelques 8 km de Mfouati, ce site bé­né­fi­cie d’une sur­veillance de quelques élé­ments de la force pu­blique qui en ont fait une zone in­ter­dite aux ri­ve­rains. En par­te­na­riat avec les Chi­nois, le mi­nistre Pierre Oba se fe­rait payer di­rec­te­ment dans ses comptes off­shores dans les pa­ra­dis fis­caux.

Se­lon des in­dis­cré­tions, il exis­te­rait d’autres sites pri­vés de ce type ailleurs qui échappent à tout contrôle de l’État. Et gé­né­ra­le­ment ils ap­par­tiennent aux membres in­fluents du pou­voir qui es­timent avoir le droit de piller le pays comme ré­com­pense. Pierre Oba en­cais­se­rait des cen­taines de mil­lions de dol­lars avec cette ex­ploi­ta­tion de dia­mant.

Rap­pe­lons que le même mi­nistre est aussi dans l’ex­ploi­ta­tion de l’or dans la San­gha et dans le Koui­lou par le biais de sa fille. Des mi­ne­rais qui sont ven­dus hors du pays et dont les re­cettes ne vont pas dans les caisses de l’État, mais dans les poches de ces vo­leurs de la ré­pu­blique.