Likouala: Jean Jacques Bouya, conspué et presque lapidé par la population

0
2406

L’un des plus grands voleurs du Congo, Jean Jacques Bouya a subi sa plus grande humiliation dans le département de la Likouala où il a été hué par la population. Comme il en est l’habitude, il tentait de mentir sur les réalisations en vue dans ce département qui le plus enclavé et pauvre de la république, mais qui vote 100 % le PCT. Des promesses qui ne passent plus au sein de la population qui a traité de tous les mauvais noms le voleur Jean Jacques Bouya. « Dieu seul sait si je suis voleur ou pas ! » a osé répondre Bouya dont la garde et la délégation ont supplié la population de ne pas le lapider.

En visite de chantiers dans le septentrion du pays, le voleur Jean Jacques Bouya a parcourules tronçons routiers Impfondo-Dongou-Enyellé et Enyellé-Pokola, des sections du corridor 13 de la transafricaine Tripoli – Le cap. L’objectif étant de toucher du doigt l’état des routes dans les départements de la Likouala et la Sangha. Mais, la pluie qui a accueilli sa délégation sur le trajet leur a rappelé l’incompétence et surtout la démagogie envers des populations qui parait-il votent pour eux à 100 %.

Si dans la Sangha, les populations ne se sont arrêtés qu’aux reproches, dans la Likouala voisine, elles sont allées plus loin au point de vouloir lapider le plus grand voleur du pays. «  Oza lokuta mpé moyibi monéné, wana ata mwana ba boti lélo a yebi yango ! Oyé lisusu ko tiola bisso na ba lokuta na yo ! » lui a dit sans froid aux yeux un notable de la Likouala.

Ayant bénéficié pourtant de la première municipalisation accélérée, le département de la Likouala ressemble encore à un gros village du moyen-âge dont la mobilité n’est encore possible que par voie aérienne.

Un autre notable a rappelé au voleur Bouya ses mêmes paroles 15 ans plus tôt pour le confondre et surtout faire voir ses mensonges. Partout où il est passé Bouya a été conspué par la population qui ne se retient plus de le traiter de voleur et de menteur.

La scène la plus révélatrice a été le refus d’un enfant de lui serrer la main dans un village de la Likouala. Interrogé sur son comportement, cet enfant a dit que son père lui a toujours conseillé de ne jamais saluer un voleur, menteur et sorcier.