Liban: un tiers des enfants dort le ventre vide, selon l’Unicef

0
308

Les enfants subissent de plein fouet les effets de l’une des pires crises socio-économiques et financières au monde depuis 1850, qui frappe le Liban depuis plus d’un an et demi, selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l’enfance publié ce jeudi 1er juillet. L’Unicef ajoute que la crise affecte tous les aspects de la vie des enfants au pays du cèdre.

Le rapport de l’Unicef affirme que « plus de 30% des enfants libanais ont dormi le ventre vide ces trente derniers jours, parce qu’ils n’ont pas reçu un nombre suffisant de repas ».

L’enquête effectuée par l’agence onusienne dévoile une réalité effrayante dans un pays où la pauvreté extrême a triplé en moins d’un an, passant à près du quart de la population, estimée à six millions et demi d’habitants, dont un million de réfugiés syriens.

Une aggravation de la situation

Commentant les conclusions de l’enquête, la représentante de l’Unicef au Liban Yukie Mokuo a affirmé que le nombre de familles contraintes de prendre des mesures pour une adaptation négative à la crise ne cesse d’augmenter. Parmi ces mesures : la suppression d’un certain nombre de repas, la déscolarisation des enfants pour les mettre au travail, souvent dans des conditions dangereuses, la vente de biens, et, enfin, le mariage précoce des filles mineures.

Selon l’Unicef, 77% des ménages n’ont pas assez de nourriture, ou d’argent pour s’en acheter. Ce pourcentage grimpe à 99% chez les familles syriennes. Plus de la moitié des familles sont obligées d’acheter de la nourriture en accumulant des factures impayées ou en empruntant.

Dans un rapport publié le 1er juin, la Banque mondiale avait qualifié la situation au Liban de l’une des pires crises de l’histoire depuis la moitié du XIXe siècle.