Lettre ouverte au chef de l’Etat de la maison Magenta-Paris

0
1145

Excellences Messieurs Les Présidents,

Nous avons l’honneur de saisir très respectueusement vos hautes bienveillances, conformément aux efforts du temps, pour une suggestion historique relative à une Organisation Commune par vos deux Etats de la Cop 31, au profit du continent Africain en 2026.

Etant donné que les cops 28 et 29 concernent successivement deux pays pétroliers et gaziers :

  • Dubaï Emirat Arabes Unis / 2023
  • Bacou Azerbaïdjan / 2024

Il est loisible que les Cops rentrent dans la phase des bassins forestiers tropicaux de la planète :

  • Cop 30 Bassin de l’Amazonie au Brésil / Amérique Latine
  • Cop 31 Bassin du Congo par les Deux Congos / Afrique Centrale
  • Cop 32 Bassin de Bornéo –Mekong / Asie du Sud –Est.

L’axe majeur de la cop31 est nul autre que la construction d’un mécanisme fondateur et innovant de préservation de la biodiversité, des forêts tropicales et des écosystèmes par l’impulsion d’une dynamique supranationale de stratégie carbone en Afrique pour l’univers !

In fine, il s’agit de permettre à l’Afrique de prendre sa juste place dans le train de l’histoire des cops (Conférence des Parties), de sortir de façon explicite de la léthargie et l’immobilisme, de bâtir un positionnement stratégique porteur pour le continent dans le concert des nations axé sur les régulateurs mondiaux !

Dimension qui justifie la mobilisation anticipée du Congo-Brazzaville et du Congo-Démocratique à abriter en 2026 la Cop 31

Baptisée d’ores et déjà « COP DU BASSIN DU CONGO ».

I – Pourquoi une Démarche Commune

Aux Deux Etats ?

Excellences Messieurs Les Présidents,

Huit (8) raisons fondamentales justifient une démarche commune des deux Etats :

  • La complexité de la période impose la bienveillance, la transcendance et l’interdépendance des deux Etats affichant les deux capitales les plus proches du Bassin du Congo et du monde. En l’espèce, leparadigme innovant : Interdépendance écologique & géopolitique environnementale, s’impose aux deux Etats pour un Management stratégique et intelligence de l’économie verte.
  • Le constat des problématiques similaires aux deux pays, la sine qua non entente cordiale, les relations de bon voisinage orientent les deux Chefs d’Etat vers une collaboration-intégration des dossiers relatifs au réchauffement climatique, la gestion de la biodiversité et plus largement des écosystèmes, la transition écologique…
  • Le Congo-Brazzaville affiche une mobilisation éclairée et continue sur les problématiques d’environnement du Bassin du Congo depuis plusieurs décennies. Le Congo-Démocratique confronté à une guerre existentielle permanente représente les 3/4 de la forêt équatoriale.

Une action proactive et symbiotique serait bénéfique et salutaire pour le continent et la planète

  • L’histoire, la géographie, la culture, la proximité linguistique et sociétale, grosso modo l’anthropologie, constituent un dénominateur commun offrant une communauté d’intérêts et de destin, d’objectifs transversaux et fusionnels des deux pays
  • Les enjeux politiques, géostratégiques et environnementaux en Afrique supposent un dialogue permanent, une entente, une complémentarité des deux entités Etatiques pour construire une ossature juridique de transition écologique continentale
  • Le XXI ème siècle est celui du numérique et de la transition écologique. Cette dimension planétaire place le Bassin du Congo (Deuxième poumon de la planète) au cœur des enjeux et convoitises mondiaux. Contexte spécifique qui impose aux Etats riverains du Bassin du Congo un Management Stratégique et éclairé
  • L’atout stratégique que représente le Bassin du Congo est incubateur à la fois de projets multiformes, multidimensionnels et synergiques devant associer les Etats, les organismes internationaux, les universités, les organisations privées, les philanthropes, régionaux et continentaux, etc…
  • Le Bassin du Congo est une réserve mondiale inépuisable de production carbone (Co2 issu des tourbières fossilisées), d’énergie renouvelable, d’écosystème naturel (Biotope & Biocénose), qu’il convient de Manager convenablement pour les générations futures, en application du maxime,

A région stratégique, Management Stratégique’ !

II –Quel Peut-être L’Objectif de la Cop 31 ?

Excellences Messieurs les Présidents,

Conformément aux principes en gestation en droit

International normés cops (Conférence des parties), la cop31devant être référencée ‘Bassin du Congo’ comporte deux enjeux :

  • D’une part, celui consistant à saisir de façon opportune le moment historique pour poser dans son macrocosme la problématique du «  Management du Carbone Vivant en Afrique » relatif à :

* La Préservation des forêts

* La maîtrise du CO2

* La gestion des Océans, fleuves et cours

D’eau.

En exposant à la fois des thématiques de

Changement climatique, l’érosion de la biodiversité,

La dégradation des écosystèmes…

  • D’autre part, celui de promouvoir les atouts et

Opportunités du Bassin du Congo, socle continental

Des multiples énergies, cadre incontournable de lutte contre le réchauffement climatique, région par excellence du dispositif géo écologique et environnemental au profit du continent et de la planète toute entière.

III – Quel Processus & Mécanisme

De Candidature Auprès Des Nations Unies ?

Excellences Messieurs les Présidents,

Le processus de la Cop31 reposera sur la Charte des Nations Unies, chapitre I des buts et principes :

« – Développer entre les nations des relations amicales fondées sur les respects du principes de l’égalités des droits des peuples et de leur droits à disposer d’eux-mêmes, et de prendre toutes autres mesures propres à consoler la paix dans le monde.

  • Réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire, en développement et en encourageant le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinctions de race, des sexe, de langue ou de religion
  • Être au centre ou s’harmonisent les efforts des nations vers ces fins communes.  »

Une Cop 31 du Bassin du Congo qui se basera sur ces principes fondamentaux de Sécurité Collective environnementale et écologique’ par interprétation de la Charte des Nations Unies sous le socle onusien de la paix, la dignité, et l’égalité pour une planète saine !

Quelle orientation Méthodologique

  à promouvoir?

Conformément à l’organisation des cops, les deux pays respecteraient l’ordre défini, entre les cinq groupes régionaux de l’organisation des Nations Unies. Ils apporteraient la preuve du renforcement de leur engagement pris dans les cops antérieures, en évaluant le degré d’application des conventions sur le climat et particulièrement leurs actions singulières dans le réchauffement climatique.

Officiellement c’est l’ONU qui organisera la Cop31 sur proposition des deux pays récipiendaires.

Les cops visent à stabiliser les émissions des gaz à effets de serre(GES) d’origine humaine dans l’atmosphère à un niveau qui ne met pas en danger le climat mondial.

Chaque année le monde se réunit pour négocier une réponse coordonnée au changement climatique.

Ce rendez-vous Africain de la Cop 31du Bassin du Congo sera le cadre de l’organe décisionnel suprême de la convention –cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ( CCNUCC).

  1. Démarche Amont Aux Deux Etats
  • Premièrement,

Les deux Etats établiraient des contacts informels par le truchement de spécialistes, experts et diplomates auprès du Secrétaire Exécutif chargé du changement climatique aux Nations Unies, le sieur Simon STEILL.

  • Deuxièmement,

Concocter une démarche conjointe (courant premier semestre 2024) par la haute représentation diplomatique des deux Etats aux Nations Unies pour une candidature officielle ( en respectant les process onusiens).

Dépôt d’un projet commun d’organisation de la Cop 31par les deux pays en 2026 auprès de la CCNUCC : Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.

Un mémorandum présenterait le projet commun des deux Etats dans une forme précise, concise, et exacte (Planification &préparation, présentation, suivi et évaluation). Globalement celui-ci proposerait l’organisation et les thématiques spécifiques au Bassin du Congo sus-indiqués.

De plus, du fait d’une cop commune aux deux pays, le mémorandum mettrait en relief la novation et l’innovation de la Cop 31 :

  • Ouverture à Kinshasa
  • Clôture à Brazzaville
  • Où vice versa, selon l’accord des deux pays hôte
  • Troisièmement,

Concevoir une dynamique Diplomatique de grande envergure (A partir du deuxième semestre 2024, avant la cop 29 d’Azerbaïdjan) bons offices, demande d’appuis aux pays clefs et organisations internationales incontournables :

  • pays clefs,

France, Belgique, Allemagne, Etats-Unis d’Amérique, Canada, Grande Bretagne, Pays Bas, Italie, Espagne, Norvège, Finlande, Australie, Nouvelle Zélande, Chine, Russie, Inde, Corée du Sud, Mexique, Brésil, Costa-Rica, Colombie, Chili, Cuba, Arabie Saoudite, Emirat Arabe Unis, Qatar, Koweït, Bahreïn…

  • Organisations internationales incontournables,

Union Européenne (UE), Association des Nations de l’Asie du Sud –Est

(ASEAN), Communauté Economique des Pays de l’Amérique du Sud (MERCOSUR),Accord de Libre Echange Nord –Américain (ALENA),le Conseil de Coopération du Golfe(CCG) etc…

La réussite de cette démarche amont repose sur la répartition intelligente des missions et l’excellence dans les actions de bons offices par des diplomates chevronnés…

B – Démarche Avale des Deux Etats

  • Primo,

Mise en place d’un cadre permanent de rencontres informelles entre les six(6) pays riverains du Bassin du Congo, élargi aux pays immédiats et plus diffus,

Pour des pourparlers et échanges fructueux relatifs à la réussite de la Cop31. 

  • Secundo,

Etablissement des contacts suivis entre les deux pays organisateurs de la Cop31 et les Représentants des institutions Onusiennes locales, les organisations régionales, les organismes internationaux et locaux en charge de l’environnement et de l’écologie, les organisations non gouvernementales d’utilité publique, les Universités de la région et du continent, les chercheurs, etc…

D’appliquer la sémantique de la stratégie d’organisation des séminaires, symposiums, forums pour l’apport de corpus appropriés et la pierre philosophale !!!

  • Tierso,

Les deux Etats hôtes de la Cop31 procéderaient à une présentation informelle du projet auprès du Département Environnement & Transition Ecologique de l’Union Africaine :

  • Construction d’une démarche continentale
  • Prise en compte d’apports et contributions d’experts et spécialistes du continent
  • Constitution d’une équipe de travail
  • Etc…

Un plan d’action informationnelle serait établit au profit d’organisations économiques régionales du continent.

  • Quartio,

Programmation de plusieurs rencontres bilatérales entre le Congo- Brazzaville et le Congo- Démocratique associant les Ministères concernés :

  • Affaires Etrangères
  • Coopération Internationale
  • Environnement & Transition Ecologique
  • Agriculture & Elévage
  • Intérieur & Sécurité
  • Economie & Planification
  • Industrie & Mines
  • Tourisme & Loisirs
  • Culture & Arts
  • Jeunesse & Sport
  • Etc…

Exemple d’ordre du jour :

  • Préparatifs Cop31
  • Conception d’un calendrier annuel des rencontres (Agenda 2024-2026)
  • Mise en place d’un Haut Comité d’Organisation de la Cop31
  • Etc…

IV –COP31 De L’Exception Environnementale

Excellences Messieurs les Présidents,

La Cop 31 devrait avoir pour principe de base, la participation sans exclusive de tous les pays de la région et du continent en dépassant les contradictions et les inimitiés frontalières !

La problématique du conflit entre le Congo-Démocratique et le Rwanda doit permettre la mise en place d’un mécanisme d’amplification des résolutions tendant à enrayer la conflictualité entre les deux Etats.

A l’aune de cette Cop31, les pays s’emploieraient à dépasser l’atmosphère de guerre qui met à mal la paix, la stabilité, la concorde et le vivre ensemble harmonieux dans la région.

Sous l’égide des Nations Unies et de l’Union Africaine, les pays transcenderaient la guerre dans une éthique de responsabilité et d’humanité en concluant une trêve devant aboutir à des accords solides de cessation des hostilités bénéfiques à la région et au continent !

Le déterminisme de l’Exception Environnementale fondé sur le dépassement des querelles ou revendications entre Etats voisins au profit des peuples et de la vertu est générateur de paix et de stabilité pour le développement!

L’Exception Environnementale apparaît dans cette dimension comme un vecteur de paix et d’interdépendance, véritable, catalyseur de rapprochement entre belligérants dans une région aux multiples atouts pour la lutte contre le réchauffement climatique et la transition écologique mondiale !

Que faut-il Etablir ?

En perspective de la Cop31, la commission paix et sécurité de l’Union Africaine établirait une diplomatie préventive pour la consolidation de la paix.

Un plan d’action s’établirait comme suit :

  • Nommer un envoyé spécial de l’Union Africaine

Pour le Congo-Démocratique et le Rwanda

  • Signature d’un accord de cessation des hostilités
  • Ouverture d’un processus de paix
  • Organiser une conférence de paix Rwando-RDC
  • Etablir des solutions durables au conflit
  • Créer un groupe de travail pour l’apport de

Propositions appropriées à somme positive

  • Envisager de négociations directes entre les belligérants
  • Etc…

Quel Peut Être le Rôle Du Congo- Brazzaville ?

Le Congo-Brazzaville constituerait le «  Trait- d’Union  » entre le Congo- Démocratique et le Rwanda !

Son Excellence Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo, Chef de L’Etat, ancien Président du Comité de Haut Niveau de l’Union Africaine sur la Lybie. Il à longtemps œuvrer pour la réconciliation nationale et la lutte contre le terrorisme dans les pays d’Afrique du Nord au profit de la stabilité politique et sécuritaire. Médiateur émérite, expérimenté, rassurant, apparaît vraisemblablement, la personnalité appropriée pour aider à l’établissement d’une passerelle de réconciliation dans le rapprochement du Congo-Démocratique et le Rwanda.

Les solutions existent et les orientations issues des discussions directes entre les deux parties sont à construire sous la base du droit international et les mécanismes de règlement des conflits !

La complexité de la crise entre les deux pays peut conduire à la tenue d’un sommet en vue d’apporter des propositions concrètes et orientations durables.

Les efforts de paix font partie des enjeux de la Cop 31. La région d’Afrique centrale qui abrite le Bassin du Congo aspire à la stabilité et la concorde pour un développement durable.

Le concept de l’Exception Environnementale peut constituer une hypothèse d’école en synergie à la Cop31, une véritable innovation !!!

V- Atouts & Opportunités De La COP 31

Du Bassin Du Congo

Excellences Messieurs les Présidents,

Le réchauffement climatique est le grand défi du XXIème siècle, la Cop 31 du Bassin du Congo entend offrir à la planète un cadre de conceptualisation de nouveaux modes de production environnementale, écologique, économique, sociale et humanitaire.

A – Atouts de la Cop31

Le Management du Carbone Vivant par les pays riverains du Bassin du Congo

est générateur de développement. L’interdépendance et la

solidarité peut permettre la paix, la stabilité, la concorde et le vivre ensemble harmonieux !

La conciliation du respect de l’environnement à l’amélioration économique et sociétale conduit au développement durable.

Le Bassin du Congo, deuxième poumon de la planète s’affirmera comme un laboratoire naturel et incontournable pour la résorption de toutes les problématiques des gaz à effets de serres de la planète.

Il offre une plate forme de coopération et d’échanges multiformes et multidimensionnels au profit des pays de la région, du continent et du monde.

Tribune inestimable de « soft power » des pays riverains du Bassin du Congo, singulièrement de la République du Congo & du Congo Démocratique, offrant de facto une place stratégique dans le mécanisme des régulateurs mondiaux du XXIème siècle, relatif au réchauffement climatique.

Il entend proposer une réconciliation durable entre le Congo-Démocratique et le Rwanda en s’appuyant sur le concept de l’Exception Environnementale par l’établissement d’une passerelle de rapprochement et la construction d’un cadre de paix, de stabilité, de concorde et du vivre ensemble harmonieux pour les années futures.

Forum de matérialisation de l’interdépendance inter -Etatique, de réflexion, d’analyse et d’actions pour le co- développement, il envisage de créer une dynamique novatrice au profit de l’Environnement & la Transition Ecologique des pays riverains du Bassin du Congo.

  1. Opportunités De La Cop 31

La Cop 31 pôle de construction d’un cadre de développement durable repose sur le social, l’économie et l’environnement. Il est vecteur d’emplois verts.

En matière d’emplois jeunes, la République du Congo et le Congo –Démocratique peuvent s’en saisir pour un recrutement ciblé dans le cadre de la formation continue de 24 mois.

  • Hypothèse d’école d’emplois verts

Il est plausible que la République du Congo recrute 10.000 jeunes et le Congo –Démocratique 20.000 jeunes compte tenu de sa population, dans le cadre de la Cop 31.

Dynamique nouvelle, elle créerait une innovation et une émulation continentale et mondiale !

Les deux Etats useraient d’ingéniosité dans le financement de ces emplois verts accessibles aux jeunes, en dehors des budgets nationaux.

La Maison Magenta – Paris dispose d’un scénario concocté à cet effet, susceptible d’être mis à la disposition des Etats.

Les Ministères de l’Environnement et de la Transition Ecologique se chargeraient du management d’emplois verts avec le concours le concours des Ministères du Travail, Ministères de la formation professionnelle et les Ministères des Finances (recrutement immédiat, financement) après les 24 mois de formation continue).

Les Ministères de l’Environnement et de la Transition Ecologique en collaboration de ceux de la Formation Professionnelle se chargeraient des questions liées à la formation scientifique, le stage pratique et l’instruction globale sur les enjeux de l’environnement et de l’écologie en ce XXIème siècle par la création des modules des cours appropriés.

Afin d’accompagner cette novation, la République du Congo et le Congo- Démocratique devraientt édifier dans les plus brefs délais

Une structure régionale d’accompagnement de cette émulation : L’IEEBC

«  L’Institut de L’Environnement & de l’Ecologie du Bassin du Congo  »

Celui-ci se chargerait de la coordination et orientations des formations ainsi que des stages pratiques dans les différents métiers du Management du Carbone Vivant en Bassin du Congo.

Notamment :

  • La préservation de la forêt
  • La maîtrise des océans & cours d’eau
  • La gestion de la biodiversité et des écosystèmes
  • Nouvelle technologie de l’information de l’Environnement et de l’Ecologie
  • Espace vert & parcs et jardins
  • Paysagistes urbains
  • Gestion Reboisement
  • Gestion de la faune & de la flore rare
  • Formation vétérinaire
  • Biologie
  • Photographie animalière
  • Journalisme en environnement et écologie
  • Voirie & gestion des ordures
  • Management des parcs animaliers
  • Communication sur les enjeux de l’Environnement et l’Ecologie en Bassin du Congo au XXIème siècle
  • Etc…

– Précisions

– Le recrutement dans le cadre de la Cop31 de 10.000 jeunes stagiaires au Congo-Brazzaville et de 20.0000 jeunes au Congo-Démocratique se ferait sous la base d’un contrat emplois jeunes (CEJ).

– La répartition des jeunes dans différentes brigades vertes (métiers) se fonde sur la motivation et l’attachement à la préservation de l’environnement et l’écologie en Bassin du Congo.

– Les jeunes perçoivent durant leur stage de formation théorique et pratique une rémunération ou allocation de 55.000fcfa (le smic du Congo- B /ville) répertorié à la sécurité sociale congolaise à hauteur de 5000fca (symbolique) par mois pour la retraite.

– Les enseignements se déroulent in situ. A charge aux Etats de recruter les

Professeurs ou formateurs auprès des universités africaines et la Diaspora à travers le monde. Les enseignants et spécialistes des autres continents sont

Associés sans distinction.

– Les modules de formation seront conçus par les chercheurs et spécialistes de l’environnement en collaboration d’unités de formation et de recherche

des universités africaines.

– Après les 24 mois de formation continue, les Etats engagent automatiquement les jeunes stagiaires dans la fonction publique ou auprès des collectivités locales.

– Le niveau requis au recrutement est celui de la 3ème ou assimilé au collège !

– Les stagiaires doivent être sélectionnés dans les 10 (dix) régions de la République selon la répartition suivante :

  • 6000 jeunes issus de toutes les régions de la République
  • 600 jeunes par région au prorata des districts
  • 4000 jeunes sélectionnés dans les deux grandes villes

( B /Ville 2000jeunes, P/Noire 2000 jeunes) issus des

Arrondissements de ces villes.

La République du Congo et le Congo-Démocratique mettraient en place un comité scientifique d’accompagnement de ce projet courant 2024 pour envisager un démarrage d’activités début 2025.

Les Ministères de l’Environnement et de la Transition Ecologique assistés d’experts, spécialistes, chercheurs, du Président de l’IEEBC et les représentants des universités s’attelleraient à matérialiser ce projet lié aux opportunités de la Cop 31 prévue en 2026 en période de saison sèche !

Une Cop réussie devrait accueillir la majorité des pays membres des Nations Unies.

– Approximation Allocation Stage Emplois

Verts sur 24 mois

  • République du Congo –Brazzaville

Recrutement de 10 000 jeunes (Dans le cadre de l’année de la jeunesse et des opportunités de la Cop 31)

  • Allocation
  • Allocation stage de formation de 55.000fcfa par mois.
  • 55.000FCFA x 10.000 jeunes / mois = 550.000.000frcfa
  • 550.000.000frcfa x 24 mois = 13.200.000.000 frcfa
  • Sécurité Sociale
  • 5000 fcfa (contribution symbolique)
  • 5000fcfa x 10.000jeunes/ mois = 50.000.000fcfa
  • 50.000.000cfa x 24 mois = 1.200.000.000fcfa
  • Coût total Allocation stage emplois verts sur 24 mois : 13.200.000.000fcfa (Modique somme)

Proposition à faire à la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNCPC) pour le financement ou une contribution exceptionnelle à la Cop 31et l’année de la jeunesse.

  • République Démocratique du Congo

L’Approximation est établie en euros sur 20.000 jeunes en considération du pourcentage de la population.

  • Allocation
  • Allocation stage de formation de 87,50 euros par mois
  • 87,50 x 20.000jeunes/ mois = 1.750.000 euros
  • 1.750.000 euros x 24 mois = 42.000.000 euros
  • Sécurité Sociale
  • 7,50 x 20.000 jeunes = 150.000 euros/ mois
  • 150.000 euros x 24 mois = 3. 600.000 euros
  • Coût total Allocation stage emplois verts sur 24 mois :

42.000.000 euros (Modique somme pour la RDC)

Proposition de financement à la Société Nationale des mines de la République

Démocratique du Congo en contribution exceptionnelle à la Cop 31.

Total du projet : 42.000.000 euros

Excellences Messieurs les Présidents,

La Cop 31 sera sans nul doute un événement sans précédent dans l’histoire des Cops !

Le Bassin du Congo s’érigera en « laboratoire mondial du Management du Carbone Vivant » de la planète.

Le Congo-Brazzaville et le Congo-Démocratique deviendront

D’une part, « la tête de la locomotive »de la lutte contre le réchauffement climatique en Afrique.

D’autre part, la place par excellence de la promotion pour l’analyse, la réflexion et l’action au profit de la Transition Ecologique ainsi que la région de l’impulsion des Energies Renouvelables.

Une Cop 31aux multiples atouts et opportunités, elle sera génératrice d’innovation et de dynamique environnementale et écologique en Afrique.

La novation conceptuelle qu’elle apporte en matière de Règlement des Conflits et la Consolidation de la Paix, sous le prime de

« l’Exception Environnementale » devrait faire école !

Par ailleurs, elle suscite l’Interdépendance et la Transcendance en créant une plate forme synergique et multiforme entre deux pays voisins au destin, intérêts et objectifs communs !

Le rapprochement inter – étatique, le bilatéralisme qu’il encourage est un facteur d’épanouissement et de développement durable !

Pôle expérimental de promotion pour les emplois verts en Afrique, il crée une véritable émulation socio politique, culturelle, environnementale et écologique pour la jeunesse !

Excellences Messieurs les Présidents,

La Maison MAGENTA-PARIS, vous souhaite en ce début d’année 2024, les meilleurs vœux pour la Construction de nos pays dans l’intelligence, l’interdépendance, la transcendance, la solidarité, la paix, la stabilité, la concorde et le vivre ensemble harmonieux !

Dans l’attente de vous rencontrer pour plus amples informations, nous vous prions d’agréer, l’expression de notre haute et respectable considération.

Ludovic Gabriel KOKOLO EBENGUE