Les Libanais de TAC achètent en Ukraine un avion de 30 ans en fin de vie pour faire BZV-PN

0
1515

La méchanceté et l’appât du gain facile poussent souvent certains étrangers installés au Congo à se foutre de la vie des nationaux. Profitant du laxisme au sommet de l’État, les Libanais de la compagnie aérienne TAC viennent d’acquérir en Ukraine à un prix dérisoire, un avion de type Boeing 737-4B7 immatriculé UR-CQX, vieux de 30 ans et en fin de vie pour assurer la desserte Brazzaville-Pointe-Noire. Cet appareil est interdit de voler dans l’espace Union Européenne.

Qu’avons nous fait de mal aux Libanais pour être si mal récompensé? Ces gens qui n’ont plus presque plus un pays normal ont été reçus à bras ouverts au Congo, où ils se font des milliards en marchant sur la gentillesse et hospitalité des Congolais. Jusqu’à ce jour, ces Libanais n’ont jamais déboursé le moindre sou pour dédommager les victimes du crash de leur avion à Pointe-Noire. La vie des Congolais, ne les importe pas du tout.

Grâce à la complicité de certains voyous dirigeants du pays, leur compagnie TAC vole sans assurance et ne paye pas les taxes aéroportuaires. Jamais au Liban, un Congolais bénéficierait d’une telle faveur aussi milliardaire soit-il. Là bas, l’homme Noir n’a aucune valeur, mais ces racistes aiment venir vivre en Afrique.

Depuis que les Mbochis ont prouvé aux yeux de tous leur incompétence dans la gestion de la chose public par la faillite de toutes les entreprises dans leurs mains, parmi elles, ECAIR, les Libanais de TAC règnent en maîtres dans le secteur de l’aviation nationale.

TAC est devenue spécialiste en récupération des vieux avions déclassés et interdits de voler ailleurs, qu’ils utilisent pour transporter les animaux Congolais. Au bout de quelques mois de vols ces avions poubelles finissent à la casse en bout de piste dans les aéroports de Brazzaville et Pointe-Noire.

Comme il n’y a pas de régulateur sérieux dans le secteur, les opérateurs sont dans la recherche effrénée de profits sans tenir compte de la qualité du service. Comment expliquer que TAC qui a longtemps eu le monopole de la desserte intérieure n’a pas de bureaux dignes de ses gains?

L’avion vieux de 30 ans que ces Libanais viennent d’acheter, est un Boeing 737-4B7, immatriculé UR-CQX, numéro de série 24558 dont le dernier propriétaire est la société ukrainienne YAN AIR. Après avoir souffert divers incidents techniques en plein vol dont le dernier un atterrissage forcé, il a été mis au garage et abandonné dans un aéroport de ce pays avant de trouver un incrédule preneur.