Les compagnies aériennes africaines devraient diviser leurs pertes par trois en 2023, à 213 millions $ (rapport)

0
406

Après les lourdes pertes subies en 2020, l’industrie africaine du transport aérien redécolle lentement. Même si le continent reste très exposé aux difficultés macroéconomiques, la demande dans le secteur de passagers devrait croître de 27,4 % l’année prochaine.

Les compagnies aériennes africaines devraient réduire leurs pertes à 213 millions de dollars en 2023 contre 638 millions en 2022, a estimé l’Association internationale du transport aérien (IATA) dans son rapport sur les perspectives mondiales du transport aérien rendu public le 6 décembre.

Le rapport révèle également que la croissance de la demande dans le secteur de passagers en Afrique devrait s’établir à 27,4 % en 2023 et dépasser la croissance de 21,9 % de la capacité.

Au cours de l’année prochaine, la demande s’élèvera à 86,3 % du niveau d’avant la crise sanitaire alors que la capacité correspondra à 83,9 % de celle d’avant la crise.

Les compagnies africaines devraient cependant attendre 2024 et peut-être au-delà pour espérer renouer avec la rentabilité alors que l’Amérique du Nord sera la seule région à avoir retrouvé la rentabilité en 2022 et que les régions Europe et Moyen-Orient devraient sortir du rouge à partir de 2023.

L’IATA souligne que « l’Afrique est particulièrement exposée aux difficultés macroéconomiques qui ont accentué la vulnérabilité de plusieurs économies et rendu la connectivité plus complexe », citant notamment l’appréciation du dollar américain par rapport aux autres monnaies, l’envolée de l’inflation, la hausse des prix du carburant et le ralentissement de la croissance économique mondiale.

A l’échelle mondiale, les pertes nettes de l’ensemble des compagnies aériennes devraient atteindre 6,9 milliards de dollars en 2022. Ces pertes sont toutefois nettement inférieures à celles de 42 milliards de dollars subies en 2021 et de 137,7 milliards de dollars enregistrées en 2020, dans un contexte de flambée de la pandémie du coronavirus.

opi3

Prévisions jusqu’en 2040.

Une embellie malgré les incertitudes économiques

En 2023, le secteur du transport aérien devrait renouer avec la rentabilité à l’échelle mondiale en dégageant des bénéfices cumulés de 4,7 milliards de dollars. Ce résultat représentera le premier profit depuis 2019, quand le bénéfice net de l’industrie était de 26,4 milliards. Cette embellie, qui devrait se produire malgré les incertitudes économiques croissantes, découlera essentiellement de la hausse prévue du nombre de passagers qui dépassera les 4 milliards en 2023, même s’il restera inférieur de 14,5 % à son niveau d’avant pandémie.

Sur le plan régional, les compagnies américaines devraient afficher des bénéfices de 9,9 milliards de dollars en 2022 et de 11,4 milliards en 2023. Dans cette région, la croissance de la demande de billets d’avion devrait s’établir à 6,4 % et surpasser la croissance de la capacité de 5,5 %. 

Les transporteurs d’Europe devraient subir des pertes de 3,1 milliards de dollars en 2022 et réaliser en 2023 des bénéfices de 621 millions de dollars l’année prochaine, grâce notamment à une hausse de 8,9% de la demande.

Gravement freinés par la politique zéro Covid de la Chine, les compagnies aériennes d’Asie-Pacifique afficheront des pertes de 10 milliards de dollars en 2022 et de 6,6 milliards en 2023, selon les prévisions de l’IATA.

Au Moyen-Orient, les compagnies aériennes devraient subir des pertes de 1,1 milliard de dollars en 2022 et dégager des bénéfices de 268 millions de dollars en 2023. D’autant plus que la région profitera de changements d’itinéraires en raison de la guerre en Ukraine et de la demande latente.

Les transporteurs d’Amérique latine devraient, quant à eux, enregistrer des pertes de 2 milliards de dollars en 2022 et de 795 millions de dollars en 2023.