Le premier ministre axe sur la bonne gouvernance

Le Premier ministre Anatole Collinet Makosso, a indiqué le 21 juin, lors de la séance plénière de l’Assemblée nationale relative à la déclaration du programme d’action du gouvernement, que son gouvernement allait mettre en exergue la bonne gouvernance afin d’envoyer des bons signaux aux partenaires financiers bilatéraux.

« La bonne gouvernance, considérée comme le premier pilier du Plan national de développement (PND) 2018-2022, cette valeur qui réunit toutes les vertus, est la donnée à travers laquelle notre pays sera jugé de pays sérieux et crédible », a expliqué Anatole Collinet Makosso.

Le gouvernement à travers une synergie impulsée par le Premier ministre, est ainsi appelé à apporter des réponses concrètes contre les détournements publics.

« Le ministère du Contrôle de l’État et de la lutte contre les anti-valeurs, les autres institutions et la justice n’hésitent pas à poursuivre les personnes qui se feront prendre par les malversations et les comportements déviants »

De façon concrète, Anatole Collinet Makosso veut que son gouvernement puisse briller par l’exemple concernant les dépenses de l’État.

« La réduction du train de vie de l’État est l’un des objectifs visés et nous devons veiller à supprimer les dépenses inutiles comme les séminaires et d’autres activités justifiant d’autres activités connexes à l’étranger seront désormais réalisées par visioconférence. Dans le même ordre d’idées, pour nous mettre à l’abri des procès d’intention, et comme le stipule la Constitution en l’article 55, tout citoyen nommé ou élu à une haute fonction à déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonction et à la fin de celle-ci. Cette disposition constitutionnelle sera respectée », a-t-il précisé.

Outre la bonne gouvernance, le gouvernement Makosso se focalise également lors des cinq prochaines années à améliorer la situation des retraités, des étudiants, des agents des hôpitaux et de l’éducation.

La diversification de l’économie grâce à l’accès facile des terres, l’intéressement des jeunes et des femmes à l’agriculture ainsi que l’opérationnalisation des Zones économiques spéciales sont autant d’axes pour apporter des emplois aux jeunes inscrits dans le programme d’action du gouvernement.