Le nouveau gouvernement s’auto-évalue 3 mois après sa prise de fonction

0
675

Les travaux du deuxième Séminaire gouvernemental se sont ouverts ce vendredi 17 septembre, à Brazzaville. Patronné par le Premier ministre Anatole Collinet Makosso cette rencontre a été placée sous le signe de l’auto-évaluation de l’action gouvernementale. 

Les membres du gouvernement vont pendant deux jours, sous l’autorité du Premier ministre Anatole Collinet Makosso, dresser un bilan des actions inscrites lors du premier séminaire gouvernemental tenu en juin dernier. 

La rencontre de cette semaine est placée sous le thème : « Évaluation trimestrielle et exécution optimale du budget de l’État ».

Dans son allocution, le chef du Gouvernementa rappelé qu’« il veillera strictement à l’atteinte des résultats par chacune et chacun des membres de l’Exécutif. »

Lors de ces assises, il sera notamment questions pour les participants d’identifier les problèmes urgents à résoudre en vue d’un retour à la situation normale (état d’urgence sanitaire), pour une relance de l’économie. “Il sera question d’évaluer notre action au regard de tendance baissière de la transmission, révélée parle SITREP du 06 septembre. a déclaré le Premier ministre. 

Autres points importants à aborder, c’est le règlement des problèmes sociaux auxquels fait face la population. L’exécutif entend essentiellement statuer sur les pensions de retraite, les bourses des étudiants, le problème des délais d’attente de passeport, les diplômés sans emploi.

A cela s’ajoutent la rentrée des classes avec les récentes revendications des enseignants, les personnels de santé et la qualité des soins, les victimes des catastrophes (Mvoungouti, 04 mars), les expropriés pour cause d’utilité publique, les personnels des entreprises en difficulté (ANAC, ECAIR, SOPECO, CNTF,..), les agents des collectivités locales, etc.

À la recherche des piste de solutions aux préoccupations de nos concitoyens, le chef du gouvernement a assuré que les discussions porteront également sur l’amélioration du bien-être des congolais, au moyen de la diversification économique. 

Au cours de cette rencontre, un regard particulier sera porté sur les tracasseries administratives, les tracasseries routières, les contrôles répétitifs, la fiscalité et de la parafiscalité dont se plaignent les acteurs économiques ; des pénuries des intrants, de l’absence de mécanisme de certification, etc.. pour encourager les opérateurs économiques nationaux étrangers à prendre le risque de produire des biens et des services, a indiqué Anatole Collinet Makosso.