Le nord Congo manque un entrepôt de la Centrale d’achat des médicaments

0
780
Exif_JPEG_420

L’ONG Actions communautaires pour la population, l’environnement et le développement (ACPED), en collaboration avec la Coalition pour le plaidoyer en santé de la reproduction au Congo (Copsarec), a plaidé, le 14 décembre, à Brazzaville pour la construction d’un entrepôt dans l’un des départements du nord Congo afin de réduire la durée et le coût de réapprovisionnement des formations sanitaires en produits de la santé de la reproduction.

La construction d’un entrepôt de la Centrale d’achat des médicaments et de produits essentiels permettra de réduire les ruptures de stocks des produits de la santé de la reproduction dans les districts et formations sanitaires du nord Congo, éloignés de Brazzaville et Pointe-Noire.

L’ACPED et les dix autres organisations de la société civile sollicitent l’indulgence des pouvoirs publics pour la mise à la disposition d’une enveloppe budgétaire au ministère de la Santé et de la Population, afin d’assurer l’acheminement des produits de la santé de la reproduction jusqu’au dernier kilomètre.

La plainte de ces organisations de la société civile fait suite à la publication d’une étude réalisée en 2020 par l’Association congolaise pour le bien-être familial. L’enquête révèle des défaillances sur la chaîne d’approvisionnement qui se traduit par : le manque de personnel formé en système de gestion et d’information logistique, les ruptures de stock des produits de la santé de la reproduction dans les districts et formations sanitaires du nord Congo, le manque de moyens roulants des formations sanitaires dans la partie septentrionale.  « Nous tenons à valoriser et à améliorer le bien-être socio-sanitaire des femmes et des enfants vulnérables. Nous appuyons, au niveau communautaire, les actions des institutions publiques et des partenaires au développement, dans le cadre de l’atteinte des Objectifs du développement durables 3, 4, 5 et 13. Nous voulons que soit construit un troisième entrepôt de la Centrale d’achat des médicaments et de produits essentiels dans la partie nord du Congo, à Oyo où Owando où encore Ouesso, afin de réduire la durée et le coût de réapprovisionnement des formations sanitaires en produits de la santé de la reproduction  », a indiqué Laurd Divin Nkounkou, président de l’ONG ACPED.

Il a relevé que les produits de la santé de la reproduction, dont les contraceptifs, permettent aux couples et familles d’espacer les naissances et aux jeunes de vivre leur sexualité sans les risques de contracter une grossesse et de ne pas compromettre leur avenir. Les produits de la santé de la reproduction sont de grande importance dans l’atteinte des objectifs 2030 de la santé de la reproduction, notamment la réduction de la mortalité maternelle, les grossesses précoces et indésirables ou encore le VIH/sida et les infections sexuellement transmissibles.

L’ONG ACPED et la Copsarec comptent créer un système de réseautage avec les journalistes locaux afin d’aller à la rencontre des autorités gouvernementales et législatives pour continuer à plaider en faveur des femmes et des enfants vulnérables. Signalons que la Copsarec est un regroupement d’une dizaine d’organisations de la société civile congolaise.