Le Cameroun interdit les produits éclaircissants pour la peau

0
564

Pour de nombreuses femmes utilisant des produits éclaircissants pour la peau, la beauté est synonyme de douleur. Au Cameroun, l’importation de ces produits a récemment été interdite, suite à une série de cas très médiatisés d’utilisateurs développant un cancer de la peau.

Selon la société camerounaise de dermatologie, près de 30% des femmes de la ville de Douala et environ 1 écolière sur 4 ont appliqué de tels produits en 2019. 

« Sur 10 patients consultés, nous constatons qu’il y en a au moins 3 qui présentent des signes liés à la pratique de la dépigmentation volontaire. En effet, il s’agit d’une question très urgente, qui pourrait être considérée comme un problème de santé publique. En effet, le nombre de personnes qui pratiquent la dépigmentation volontaire est très important. » a déclaréDr Meledie Ndjong, dermatologue. 

La plupart des produits en vente n’ont jamais été testés scientifiquement. Ils contiennent souvent des substances dangereuses destinées à inhiber la production de mélanine, ce qui augmente le risque de cancer de la peau. Une utilisation prolongée peut également entraîner du diabète, de l’obésité, de l’hypertension artérielle, voire une insuffisance rénale ou hépatique.

 » Ce sont les hommes qui poussent les femmes à éclaircir leur peau. Ils ont tendance à dire que les femmes brunes, plus claires, sont plus belles. Les femmes noires, par contre, ont tendance à être négligées. Quand ils voient une femme brune sortir, ils l’apprécient, et finalement les filles se sentent obligées d’éclaircir leur peau pour plaire aux hommes. » a expliqué Marie Kamden, femme au foyer. 

La nouvelle mesure interdit des substances comme l’hydroquinone, qui est interdite depuis 2001 dans l’Union européenne en raison de son potentiel cancérigène.

Pour certains cependant, la décision est également politique – une manière indirecte de cibler un politicien de l’opposition qui possède une société commercialisant de tels produits d’éclaircissement de la peau. Pour d’autres, l’interdiction est une chance d’encourager les femmes à embrasser leur teint naturel.

« Lorsque vous venez dans notre salon pour des soins de la peau, nous vous proposons des produits 100% naturels, que ce soit un savon, une huile de beauté ou un gel de bain, afin que cela fasse ressortir la beauté noire naturelle, afin que cette beauté noire naturelle soit toujours authentique. » a dit Rosty Tsemo, porte-parole du New Fashion Institute.  

L’interdiction des produits d’éclaircissement de la peau pose une question de santé publique mais elle met également en lumière une problématique culturelle et sociale. **Cette mesure remet en perspective les critères de beauté dans le pays mais aussi dans d’autres nations du continent.