Aviation : Sans la taxe aéroportuaire de 29000frs, le billet Bzv-PN coûterait à peine 11000 frs

0
1049

Les taxes aéroportuaires appliquées par le gouvernement au Congo sont à l’origine de la cherté des billets d’avion. Une occasion en or pour Air France de rentabiliser au maximum sa destination Congo. Sur le plan local, si le passager arrive à débourser la somme de 40.000 frs sur le trajet Brazzaville-Pointe Noire, c’est parce que les compagnies aériennes paient 29000 frs de taxes aéroportuaires sur chaque billet vendu. Un frein au tourisme orchestré par les autorités politiques.

Dans notre pays prendre l’avion est considéré par nos décideurs comme un luxe vu qu’ils ont grandi pour la plupart au village. Comme acheter une grosse berline, le voyage en avion est surtaxé à hauteur de plus de 75,2 % sur un billet Brazzaville Pointe-Noire. Ce qui fait que cet été, on eu des billets Paris – Brazzaville – Paris à plus de 3 000 euros en classe économique .

L’une des raisons pour laquelle, malgré le discours officiel, le tourisme ne décolle pas, est tout simplement l’ignorance par les politiques du tourisme, à l’instar de l’industrie automobile ou alimentaire sont des industries de masse. Pour gagner de l’argent, il faut faire des volumes importants. 10 euros de taxes sur 10 billets vendus, font 100 euros de recettes pour l’État. Mais 1000 billets vendus pour 1 euro de taxe, cela fait 1000 euros de recettes pour l’État.

Il faut donc baisser les taxes et tout faire pour que les volumes sur la destination Congo augmente. C’est du bon sens. Les taxes excessives appliquées sur la destination Congo tuent l’activité touristique. Le congolais a encore la sensation que prendre l’avion est une forme de réalisation d’un rêve alors que cela devrait être banalisé.