L’agression de Destin Gavet commanditée par Bouya pour une affaire de 200 millions, don de Sassou Nguesso

0
1884

Jean Jacques Bouya n’aurait pas avalé que Destin Gavet fasse le songui songui à Jean Dominique Okemba des 150 millions sur les 200 que Denis Sassou Nguesso lui aurait remis pour acheter cet opposant lors de la présidentielle du mois de mars.

Selon diverses sources proches du pouvoir, à la veille de l’élection présidentielle de mars 2021, Denis Sassou Nguesso dans ses habitudes aurait instruis à son entourage de soudoyer quelques opposants financièrement afin de l’accompagner dans la course. Il revenait à Jean jacques Bouya de remettre la somme de 200 millions cfa à Destin Gavet, un Lissoubiste qui s’était rangé derrière la candidature de Guy Brice Parfait Kolelas.

Jean Jacques Bouya l’ayant fait marcher sur sa demande de rencontrer le chef de l’État, Destin Gavet, a pu trouver satisfaction grâce à Jean Dominique Okemba auprès duquel il s’était rapproché. Introduit à la présidence où Denis Sassou Nguesso lui aurait demandé s’il a reçu le colis, Destin Gavet aurait acquiescé sans souligner le manquant de 150 millions sur les 200.

Une fois dans la cour, il en fera savoir à Jean Dominique Okemba, justifiant l’incapacité de l’avoir dit au chef de l’État pour ne pas clouer Bouya. Très remonté après les remarques d’Okemba sur cette escroquerie, Ya Jeannot aurait promis depuis d’avoir la peau de Gavet.

Lire aussi : http://sacer-infos.com/lopposant-destin-gavet-victime-dune-agression-a-son-domicile/

Comme il en est de coutume au Congo, Jean Jacques Bouya aurait gratté 150 sur les 200 millions qu’on lui aurait demandé de remettre à Destin Gavet. Ya Jeannot qui est pourtant multimilliardaire ne se rassasie pas et se permet même d’arnaquer les débutants dans la mangeoire.

Après un séjour en France, Destin Gavet subi depuis des menaces des proches de Bouya qui se sent humilié par cette affaire. Le domicile de Destin Gavet a été visité par un barbouze en mode intimidation dans le seul but de le faire taire. Jean Jacques Bouya n’entend pas remettre les 150 millions manquants à Gavet.