La ministre Inès Ingani aurait fait une fausse couche, la grossesse serait de Sassou

0
1981

On comprend mieux à présent pourquoi Inès Ingani a baptisé sa loi Mouabera du nom de la mère de Denis Sassou Nguesso. La ministre de la promotion de la femme venait de perdre l’enfant qu’elle attendait du chef de l’État par une fausse couche. Il est probable qu’elle le retente encore comme toutes ses femmes désespérées qui rêvent avoir un enfant avec le chef de l’État.

Alors qu’elle vient d’être donnée gagnante avec 100 % des voix aux législatives à Ouenzé, la ministre Inès Ingani célébrerait à moitié cette bizarre victoire si elle n’avait pas perdu l’enfant qu’elle attendait de Denis Sassou Nguesso. Elle est l’une des nombreuses maîtresses du chef de l’État qui l’a puni en l’éjectant une période du gouvernement à cause de deux fautes graves. Elle trompait trop Sassou avec son petit ami de France et avait manqué à son devoir de ministre par un audio qui a fuité.

Après avoir réparé la première faute en s’éloignant de son petit copain de Paris au profit du vieux père Denis Sassou Nguesso, elle est revenue en force au gouvernement et a défrayé la chronique avec sa fameuse loi Mouebara. Connaissant la sensibilité de Sassou au sujet de sa défunte maman Mouabera, Inès Ingani a renforcé son amour avec loi, qui aurait occasionné aussi sa grossesse.

Mais sa joie a été courte après des pertes vaginales qui se seraient avérées comme une annonce d’une fausse couche. Que des regrets pour la ministre qui rêvait déjà avoir aussi son petit Sassou. Mais sa victoire à Ouenzé avec 100 % des voix est une sorte de consolation prélude à une autre grossesse. La ministre suivrait depuis un traitement spécial de fertilité et à Sassou Nguesso de maintenir ses prises des Ankourou pour l’enceinter de nouveau.