Inondations : six départements déclarés sinistrés au Congo

0
620

Le gouvernement a déclaré le 29 décembre, au terme d’une réunion avec les représentants des agences du système des Nations unies, l’urgence humanitaire dans les départements de la Likouala, de la Sangha, de la Cuvette, des Plateaux, de Pointe-Noire et de Brazzaville où dix-sept décès sont signalés et six personnes portées disparues.

Le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, qui a présidé la réunion d’urgence, a annoncé le déclenchement du plan de contingence inondations élaboré par le gouvernement pour pallier ce genre de catastrophe. Parmi les décisions prises, il y a le déblocage immédiat des fonds pour assister les sinistrés, soit 2 milliards 419 millions FCFA ; la mise en place, par un acte réglementaire du Premier ministre, d’un fonds d’urgence qui sera abondé et alimenté pour faire face aux actions à mener pour juguler la catastrophe. L’autre décision concerne le déploiement rapide des équipes humanitaires pour assister les sinistrés.  Ces équipes comprendront, entre autres, les représentants du système des Nations unies au Congo qui se sont engagées à accompagner le gouvernement. Les participants ont aussi décidé de la mise en place d’une plateforme de collaboration entre les parties présentes à cette réunion. A cet effet, un texte réglementaire du Premier ministre sera rendu public sous peu.

Selon les experts, les précipitations enregistrées actuellement sont deux fois plus importantes que la moyenne habituellement connue, le niveau des eaux de la rivière Oubangui, affluent majeur du fleuve Congo, a atteint un record de hauteur sur la période 2022-2023. Ces événements climatiques se produisent, a rappelé le communiqué du gouvernement, alors que la population ne s’est pas encore relevée de l’impact des inondations précédentes, lesquelles avaient déjà affecté ses moyens d’existence.

« A ce jour, 320 891 personnes sont directement affectées par ces inondations. Le nombre de la population affectée dépasse largement celui des années passées. Plus de 2 292 hectares de terres cultivées ont été inondés, des maisons d’habitations sont complètement détruites, des administrations ont été également inondées, tandis que des sources d’approvisionnement en eau potable ont été polluées », peut-on lire dans le communiqué.

D’après les prévisions mises à la disposition du gouvernement, ces phénomènes de crues ne reflueront pas dans l’immédiat. « Il est donc à craindre que les inondations se poursuivent durant toute la saison pluvieuse. A ce jour, le niveau des crues du fleuve Congo est évalué à 5,94 m, soit à 30 cm du niveau record enregistré lors des crues exceptionnelles de l’année 1961 », a conclu le ministre de la Communication, Thierry Lezin Moungalla, à qui revenait la charge de lire le communiqué du gouvernement.

Notons que la réunion d’urgence a connu la participation du coordonnateur du système des Nations unies au Congo, Chris Mburu, accompagné des représentants du Programme des Nations unies pour le développement et du Programme alimentaire mondial, des représentants de la société civile ainsi que ceux des confessions religieuses.