Immigration clandestine : des passeports diplomatiques Congolais vendus à 3 millions cfa à Brazzaville

0
3272

Le tout puissant ministre et neveu du président Congolais, Jean Jacques Bouya a été débarqué d’un vol d’Air France à l’aéroport de Maya Maya pour possession d’un document de voyage non conforme avec la législation française. Une humiliation pour un ministre de son rang qui a fait de la France sa destination préférée. Le passeport diplomatique de Jean Jacques Bouya ne lui permet plus de se rendre en France et dans l’espace Schengen après que Paris soupçonne le Congo de favoriser l’immigration clandestine par la vente des passeports diplomatiques.

Tous les détenteurs d’un passeport diplomatique du Congo ne sont plus exemptés de visa pour se rendre en France. Ce pays européen a mis fin à l’accord qui existait avec le Congo en la matière. Il s’avère qu’un réseau opérant au ministère des affaires étrangères vend à 3 millions Cfa le passeport diplomatique congolais aux candidats à l’immigration clandestine en France.

Plusieurs maîtresses et proches des membres du pouvoir, des congolais lambda et même certains étrangers ont pu immigrer facilement en France avec un passeport diplomatique congolais.

La France a pris cette décision après avoir observé le silence et passivité des autorités congolaises face à ses alertes sur l’existence d’un réseau au ministère des affaires étrangères.

Jean Jacques Bouya et Rigobert Maboundou ont été débarqué de l’avion comme des vulgaires aventuriers détenteurs des faux documents de voyage. L’agent de sécurité d’Air France s’est opposé farouchement à leur voyage supportant même les menaces.

Pendant ce temps, des congolais lambda prenaient place tranquillement à bord de l’Airbus A340 d’Air France. Certains se sont moqués des puissants Bouya et Maboundou en affirmant comme quoi avec le blanc il n’y a pas « tu sais qui suis-je ? »

En France, nombreux sont des congolais qui reconnaissent avoir déboursé 3 millions Cfa pour se faire délivrer un passeport diplomatique les ayant permis d’immigrer tranquillement. Le même passeport parfois a servi à deux ou trois personnes à voyager. Deux congolais ont même été arrêté à l’aéroport de Dakar au Sénégal avec ces passeports pour avoir refusé de corrompre les policiers qui ne les ont pas reconnu sur la photo.

Le ministre Jean Claude Gakosso a été court-circuité par les véritables donneurs des ordres de son ministère.