Grâce à Sassou au Congo, les voleurs exigent désormais être adulés et appelés « boss »

0
1340

Nul ne pouvait imaginer que le Congo tomberait aussi bas ! Grâce à la bonne volonté de Denis Sassou Nguesso, les voleurs ne sont plus méprisés comme dans le temps, mais jouissent désormais d’une grande considération. Le plus souvent dans les quartiers Nord de Brazzaville, ces inciviques plein aux As des caisses de l’État exigent même être adulés et appelés Boss. Des chansons sont même entonnées à leur gloire au point de se faire autoproclamé « demi dieu ». Le chef de l’État actuel du Congo a vraiment valorisé les voleurs.

Du petit du quartier aux grands artistes chanteurs, les voleurs de la république bénéficient des éloges dus à leur rang au Congo de Denis Sassou Nguesso. « Dans ce pays, on peut dormir pauvre et se réveiller multimillionnaire sans que les services de renseignements n’ouvrent les yeux » confie un officier de la police congolaise qui se dit excédé par la situation du pays.

Dans la zone nord de Brazzaville par exemple, des immeubles et villas appartenant aux jeunes jadis pauvres sortent comme des champignons. Alors que des adultes ayant passé toute leur vie à servir le pays sont dans l’incapacité de s’offrir ce luxe.

« Les autorités politiques ferment les yeux sur les détournements des deniers publics croyant rendre service à ces jeunes, lesquels demain ne seront que l’ombre d’eux-mêmes » renchérit un banquier en poste à la BGFI, témoin de leur fortune gardée dans son établissement.

« A mes yeux, toute personne ayant volé l’État est zéro et sans valeur peu importe sa fortune » insiste un partisan du général Jean Marie Michel Mokoko qui accuse Sassou Nguesso d’avoir désorienté la jeunesse congolaise des vertus républicaines et du patriotisme.