États-Unis: l’eau revient à Jackson, mais elle reste non potable

0
261

Une ville entière privée d’eau potable aux États-Unis : les 150 000 habitants de Jackson, la capitale du Mississippi doivent faire bouillir l’eau avant de l’utiliser. Des inondations dévastatrices ont mis hors service le vétuste réseau d’alimentation de cette ville pauvre et noire du sud du pays. L’armée a même été déployée pour distribuer des bouteilles d’eau aux habitants excédés.

Les voitures défilent en grand nombre sur ce site de distribution d’eau installé en urgence par la garde nationale dans le centre de Jackson. Les coffres des voitures sont ouverts par des soldats en treillis qui y déposent des milliers de packs de bouteilles d’eau.

Imbuvable

Gary vient s’approvisionner ici tous les jours. Il n’a pas le choix, car chez lui l’eau du robinet est imbuvable : « Chez moi, l’eau est marron ! Elle est marron depuis trois semaines ! Je peux rien faire avec cette eau ! Je ne peux même pas me laver ! Je suis obligé de faire des kilomètres pour prendre ma douche et faire mes lessives chez des proches. C’est triste cette situation. C’est la faute de nos politiques, c’est eux qui ont fait ça et nous ont laissé tomber ! »

Comme lui, les 150 000 habitants de Jackson sont privés d’eau potable. Fin août, des inondations record ont mis hors d’usage une usine de traitement des eaux. Résultat : la semaine dernière, l’eau courante était totalement coupée. Si la pression est maintenant rétablie, pas question de boire cette eau contaminée, à moins de la faire bouillir, prévient la mairie.

Casse-tête

Un casse-tête permanent pour les habitants comme Christie, femme de ménage de 37 ans, et mère de famille nombreuse : « J’ai huit enfants et j’ai besoin de beaucoup d’eau. Faire bouillir l’eau, c’est trop de travail. Alors pour les bains, pour se laver les dents, pour cuisiner, on utilise des bouteilles. C’est vraiment stressant. »

Jackson, la capitale du Mississippi est un nouveau rappel des inégalités aux États-Unis. Ici, 80% des habitants sont afro-américains et un sur quatre vit sous le seuil de pauvreté.