En Belgique, la manifestation contre le passe sanitaire dégénère

0
272

Le gouvernement belge a réintroduit des mesures qui avaient été abandonnées depuis plusieurs semaines, voire quelques mois. Ce dimanche, des dizaines de milliers de manifestants ont convergé vers Bruxelles.

« Ensemble pour la liberté », telle est la devise de la manifestation qui a rassemblé à Bruxelles près de 35 000 personnes contre les mesures sanitaires réintroduites depuis vendredi par le gouvernement fédéral. C’est surtout l’obligation du passe sanitaire qui a mobilisé les Belges, très inspirés par les manifestants des Pays-Bas. De ce fait, le rassemblement à Bruxelles a drainé de nombreux manifestants venus de Flandre contrairement aux précédentes manifestations bruxelloises surnommées « la Boum ».

Pacifique et bon enfant lors du départ du cortège à la mi-journée, le rassemblement a donné lieu à des débordements dès le début de l’après-midi dans le quartier européen de Bruxelles. Du mobilier urbain a été incendié, des voitures vandalisées, dont des fourgonnettes de la police, indique notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Lacrymogènes contre feux d’artifices

De petits groupes d’émeutiers s’en sont pris particulièrement aux forces de l’ordre, cibles de jets de pierres et surtout de tirs de feux d’artifice comme aux Pays-Bas. Les manifestations néerlandaises de vendredi et samedi avaient d’ailleurs alerté la police belge qui avait mis en place un important dispositif et n’a pas hésité à employer gaz lacrymogènes et canons à eau.

La Belgique, qui a annoncé mercredi la généralisation du port du masque, veut également rendre le télétravail obligatoire pour les emplois qui le permettent en vue d’enrayer le fort rebond de l’épidémie dans le pays.

Avec près de 10.300 nouvelles infections par jour en moyenne sur la semaine écoulée, le pays retrouve un rythme de propagation du virus qui n’avait plus été atteint depuis un an, comme d’autres pays d’Europe. Il connaît des niveaux d’hospitalisation de patients Covid qu’il n’avait plus enregistrés depuis mai (plus de 2 000 patients, dont plus de 25% en soins intensifs).

Pour les manifestants belges, le vaccin qui était censé garantir le retour de la liberté ne tient donc pas ses promesses et rien ne justifie son utilisation pour un passe sanitaire