Covid-19 : limogé pour un vol de 3 milliards, Elira Dokekias nommé pdt de la commission de prise en charge

0
5689




Le Congo est devenu un cercle vicieux avec pour acteurs les mêmes depuis des décennies. « To za na rond point, to zo tourniquer ! ». La majorité des Congolais sont nés et vieillissent avec les mêmes responsables politiques bien que les résultats sont catastrophiques. Clément Mouamba n’est-il pas devenu premier ministre ? Il y a 3 ans, la ministre Lidya Mikolo limogeait de son poste du directeur de la santé le Pr Alexis Elira Dodekias pour une affaire de détournement de 3 milliards de cfa des antirétroviraux. Aujourd’hui, les deux s’affichent encore ensemble dans les médias. Il vient d’être nommé président de la commission de la prise en charge des malades du Covid-19 avec la possibilité de voler encore.




Pourquoi le Congo s’entête-t-il à être un pays qui aime réhabiliter les voleurs ? Il y a trois ans de cela, l’actuelle ministre de la santé, Jacqueline Lidya Mikolo avait annoncé la suspension de cinq directeurs généraux dont Alexis Elira Dedokias reconnus d’avoir détourné une somme de 3 milliards de Fcfa alloués à l’achat des antirétroviraux. Le Congo s’était retrouvé en rupture des ARV un bon moment.




Qu’est ce qui n’a pas marché pour que le Professeur Alexis Elira Dodekias se voit confier la présidence du comité de la prise en charge des cas de Coronavirus malgré ses antécédents?Le pays manque-t-il des ressources humaines capables d’assumer cette fonction ou c’est encore une imposition venue d’en haut ?

Jacqueline Lidya Mikolo, accompagnée du professeur Alexis Elira Dedokias ont visité l’hôtel de la concorde à Kintélé pour se rendre compte de l’état de de lieu, choisi pour accueillir les cas asymptomatiques. « Les conditions sont réunies dans ce site de la Concorde qui est transformé en hôtel-hôpital. La clinique Leyono et le Centre hospitalier universitaire de Brazzaville demeurent des sites de dégagement pour les cas symptomatiques », a expliqué le Pr Alexis Elira Dokekias, président de la commission prise en charge de la maladie.




Un ancien voleur peut-il se séparer de ses mauvaises habitudes après une période de traversée de désert ? Le cas Sassou Nguesso en est un exemple.

Voici ce que la presse écrivait alors il y a trois ans

Il s’agit de Alexis Elira Dokekias, Jean-Bertin Mouankié, Professeur Obengui, Nicolas Ngoubili, Gontrant Ondzontto. 

Rompre d’avec les anciennes pratiques mises à l’index par le président de la république, Jacqueline Lydia Mikolo l’a traduit par des actes, en attaquant le mal à la racine.




On se souviendra que le Congo accuse à ce jour une rupture en ARV, aux conséquences désastreuses pour les malades.   Or, au ministère de la Santé, une enveloppe de plus de trois milliards de CFA avait été allouée pour l’achat des antirétroviraux.

À la surprise générale la livraison des médicaments ne s’est jamais faite. Aucune commande n’ayant été passée, en dépit du fait que les stocks existant allaient à épuisement.

ARV en rupture, où est passé l’argent débloqué?

Une fois installée dans ses fonctions et subissant les contre-coups du manque anormal des antirétroviraux Jacqueline Lydia Mikolo n’a pas tardé à se poser la question : « où sont passés les 3 milliards de CFA alloués à cette dépense? » 




La note de service de la ministre de la santé parait répondre à cette interrogation. En limogeant les cinq directeurs généraux, la ministre permet à l’opinion publique de voir en ces hommes les parfaits coupables, même si l’enquête permettra de démêler le vrai du faux.  

Quel que soit le niveau d’implication des uns et des autres dans ce qui apparaît comme étant le démantèlement d’un système mafieux, il est tout de même regrettable d’observer, si naturellement les faits sont avérés, que des éminences médicales ayant de surcroît prêté le serment d’Hippocrate se soient livrées à une manœuvre d’enrichissement ayant pour conséquence d’envoyer ad patres de nombreux malades.

Le voleur est revenu encore sur les lieux du crime avec les honneurs pour mieux parachever son forfait.