Compensation : Sassou permet à l’armée angolaise d’exploiter de l’or et diamant dans le Kouilou et Niari

0
2414

On comprend à présent que des incursions à répétition des militaires angolais sur le territoire congolais ne constituaient en réalité qu’un moyen de pression envers les autorités de Brazzaville. Ces dernières ont cédé en concédant à l’armée angolaise des mines dans le Niari et dans le Kouilou pour leur exploitation en toute liberté. L’or extrait est envoyé en Angola sans contrôle aucun.

Les congolais n’ont jamais compris le silence des autorités de Brazzaville face aux multiples violations de leur territoire par l’armée angolaise dont certaines ont causé la mort des paisibles citoyens. L’armée congolaise qui n’a pas hésité à s’en prendre aux civils dans le Pool regardait ailleurs quand il s’agissait de l’Angola.

En réalité, le pouvoir de Brazzaville savait en quoi s’en tenir et ne pouvait cracher sur la main qui lui a réinstaller au palais du peuple. Les humiliations étaient acceptables et à chaque fois on entendait les ministres parler du dialogue alors qu’avec les opposants c’est la force qui est appliquée.

On apprend aujourd’hui que depuis plus de deux ans, l’armée angolaise a reçu de Brazzaville l’autorisation d’exploiter de l’or dans les départements du Niari et Kouilou. Une récompense méritée au nom de tous les militaires angolais tombés dans le Grand Niari lors du coup d’État sanglant de Denis Sassou Nguesso.

Il sied de rappeler que le Congo a versé une compensation de 100 millions cfa pour chaque militaire mort au Congo, mais Luanda en veut toujours plus. L’arrivée au pouvoir de Joao Lourenço, proche des peuples Kongo a poussé Sassou Nguesso a cédé pour ne pas se mettre à dos l’Angola.

Conscients de la peur du clan Sassou et sa fragilité, les officiers Kongo Angolais ont été à la base des diverses incursions sur le sol congolais dans l’unique de provoquer et profiter d’une riposte pour régler les comptes au clan Mbochis qui dirige le Congo.

En cédant des mines d’or à ces officiels militaires angolais, Denis Sassou Nguesso pense désamorcer le danger de ce côté pour se concentrer sur ses adversaires internes.