Communications électroniques : l’Arpce veut élever le Congo au rang des cinq pays africains leaders

0
476

Le directeur général de l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (Arpce), Louis Marc Sakala, a présenté le 19 février à l’Université Denis-Sassou-N’Guesso, dans la commune de Kintélé, la structure qu’il dirige, les métiers du numérique et l’opportunité de faire entrer le Congo dans le top 5 des pays africains leaders des postes et des communications électroniques.

L’initiative intègre la relation université-entreprise-étudiant qui a des priorités s’imposant toutefois sur la diffusion et le transfert des connaissances, le soutien à la recherche fondamentale ainsi que la formation des compétences.

C’est sur le thème « La présentation de l’Arpce et des métiers des secteurs régulés » que le directeur général de l’Arpce a animé la conférence-débat en présence du président de l’Université Denis-Sassou-N’Guesso, le Pr Ange Antoine Abena, du corps enseignant et des étudiants.

Le patron de l’autorité de régulation a présenté non seulement son institution mais aussi les secteurs régulés, à savoir les postes et les communications électroniques. Il a annoncé que « faire entrer le Congo dans le top 5 des pays africains leaders des postes et des communications électroniques est la vision de l’Arpce ».

Exposant l’agence face aux étudiants, il a fait savoir que sa mission est d’accompagner l’inclusion du numérique dans tous les secteurs du pays, en réduisant la facture numérique au sein de la population et en étant le garant des services, le promoteur du développement et des innovations technologiques. Cette mission, a-t-il dit, se décline en cinq axes, entre autres, les missions générales, la garantie  des services aux usagers et l’encadrement de l’activité des opérateurs.

Pour permettre à l’Arpce de mener à bien ses nombreuses et délicates missions au profit de l’Etat, des opérateurs des secteurs régulés et des consommateurs des postes et des communications électroniques, le législateur lui a conféré un large spectre de pouvoirs à la faveur de la loi n°9 de novembre 2009 qui met en place le Fonds pour l’accès au service universel des communications électroniques.

Ladite structure assure les fonctions d’organe de gestion dudit fonds, grâce auquel plus d’une centaine de milliers de Congolais ont désormais accès aux produits et services de téléphonie mobile. L’Arpce est un acteur-clé du numérique dans le pays. La structure entreprend et soutient plusieurs initiatives dont le Forum numérique Congo, organisé par le Guichet unique des opérations transfrontalières, le salon international des nouvelles technologies ‘’Osiane’’, organisé par l’association Pratic, et le centre d’excellence aux Tic Yekolab, avec JCertif.   « Parallèlement, des dizaines de milliers d’élèves et étudiants bénéficient d’un accès libre et gratuit aux outils informatiques, grâce aux salles multimédias installées dans plus d’une dizaine d’établissements scolaires et universitaires du pays. Dans sa vision de faire entrer le Congo dans le top 5 des pays africains, l’Arpce place au centre de son action l’homme, qui est la ressource la plus importante de toute entreprise, pour atteindre ses objectifs », a commenté Louis Marc Sakala.

La conférence-débat organisée est pour le président de l’Université Denis-Sassou-N’Guesso, le Pr Ange Antoine Abena, la promotion de la diffusion et le transfert des connaissances, le soutien à la recherche fondamentale ainsi que la formation des compétences. Ainsi, il a convié les étudiants à « profiter de cet échange pour s’élever et devenir les lumières que le pays tout entier attend ».