Vigile, préparateur de commande, Mario, fraudeur de métro en France et ministre au Congo 

0
2367




« Chance Eloko pamba ! » entonnait souvent le défunt chanteur Papa Wemba, pour donner de l’espoir aux enfants de la rue de Kinshasa. Un autre vieux de la rue en France est devenu par cette formule, ministre des postes et télécommunications au Congo. Léon Juste Ibombo, qui traîne des verbalisations d’une valeur de 4000 euros pour des voyages sans titre de transport en France a su envoûter la bande d’Oyo qui l’a hissé à ce poste ministériel.




En France, peu de Congolais sont employés comme cadres dans les sociétés pour défaut de diplômes et capacités. C’était le cas de Léon Juste Ibombo, qui se fait passer aujourd’hui pour un politologue diplôme, alors que toute sa vie en France, il n’a travaillé que comme Vigile devant les supermarchés et centres commerciaux, préparateur de commande et parfois promeneur de chiens des blancs.




Mario endurci, Léon Juste Ibombo, est souvent victime des menaces d’expulsion de la part de sa femme. Le pauvre tolère ces humiliations dans son incapacité de porter le pantalon à la maison. Certaines langues racontent qu’il lui arrivait de dormir dans la voiture quand sa femme se fâchait.

Un ami et ancien collègue Vigile de Léon Juste Ibombo, d’origine Kinoise affirme que plusieurs fois, il s’est vu obliger de jouer les médiateurs pour que sa femme ne le mette pas à la porte. C’est d’ailleurs ce Kinois qui va convaincre Ibombo de se confier à la Bible.




En ne postulant que comme Vigile, préparateur de commande et promeneur de chien, Léon Juste Ibombo était bien conscient de son niveau d’études. Il ne pouvait aspirer à plus. Aujourd’hui, grâce au Yaka Noki Noki, il est dans un bureau climatisé, avec des garde-corps et véhicule de fonction à la tête d’un ministère, Pauvre Congo !

Humilié constamment dans son foyer, Léon Juste Ibombo est poignardé au dos par son cousin maternel Edgar Nguesso, qui couche avec sa femme dans son propre lit. Mis au courant, Ibombo avale. Il ne pouvait rien faire comme Mario, au risque de se retrouver dans la rue. Il s’en fuit alors au pays se réfugier dans la Bible.




Comme tout bon Congolais qui maîtrise la langue de Molière et conscient du complexe d’infériorité dont souffre la meute de l’Alima. Léon Juste Ibombo s’autoproclame politologue et défile sur le plateau de la chaîne MN TV de Maurice Nguesso, où il réussi à épater les ignorants d’Oyo.

Dans sa logique de concurrencer son cousin Kiki avec son association « Muana Ndeya », Edgar Nguesso lance MN2R et se réconcilie avec Léon Juste Ibombo qu’il a cocufié en France. Léon Juste Ibombo prend la tête de la communication de cette association et se fait remarquer lors de la visite de Sassou Nguesso en France. On le voit à l’aéroport du Bourget jouer les harangueurs de la foule.




Il est donc nommé ministre sur proposition d’Edgar Nguesso dans le quota qui revenait à son association. Incapable de diriger ce ministère au vu de ses limites intellectuelles, Ibombo fait venir des États-Unis, un super intellectuel Congolais, qui est celui qui dirige en réalité son ministère. Papa Wemba avait vraiment « Chance Eloko Pamba ! »