Bloquée à Brazzaville et sans passeport, sa famille se moque d’elle pour avoir vécue à l’auberge

0
1447

Quand elle a embarqué dans un vol d’Ethiopian à Roissy pour Brazzaville, Clarisse n’imaginait par le calvaire qui l’attendait dans son propre pays. Logée dans une auberge qu’elle a payée pour un mois dans l’espoir de vite obtenir son passeport et rentrée en France, elle est aujourd’hui la risée de sa propre famille. On lui avait reproché au départ de vivre dans une auberge alors qu’il y a de la place dans la maison familiale.

Le manque des passeports a gâché le séjour de Clarisse au pays. Elle entame son deuxième mois alors qu’elle s’y est rendu pour juste quatre semaines. A son arrivée à Maya Maya, elle s’est rendu directement dans une auberge au quartier Diata contrairement au souhait de sa famille de loger dans la maison familiale afin de réduire les dépenses.

Il s’est passé un mois sans que son passeport ne lui soit délivré à cause des problèmes de logistiques à la préfecture de Brazzaville. La priorité étant donnée aux étudiants inscrits dans les universités étrangères, Clarisse en a fait les frais et ne pouvait plus supporter le coût de l’auberge.

Sans argent, Clarisse s’est vu obligé d’aller vivre chez une cousine à la Base dans l’attente de son passeport. Ayant refusé dès son arrivée de vivre chez sa famille, elle ne pouvait le faire après avoir épuisé ses poches. Une situation qui a poussé les siens à se moquer d’elle.

C’est sa propre cousine qui a alerté toute la famille que la frimeuse de Paris vivait désormais chez elle et parfois n’a même pas de quoi prendre un taxi pour se déplacer. Mais malgré son orgueil sa maman ne l’a pas lâché et lui faisait des transferts par Mobile Money pour ses petits besoins.

A la préfecture de Brazzaville, le policier qui suit son dossier a promis de faire établir son passeport d’ici le 15 septembre.