Après Moise Mbiye, les soi-disant pasteurs Castanou dans le viseur des sœurs en Christ

0
16817




Le scandale sexuel impliquant des soi-disant serviteurs de Dieu en RDC serait-il en passe de traverser le pool malebo ? Nombreuses sont des voix encore silencieuses qui accusent les deux frères jumeaux Castanou autoproclamés pasteurs des pratiques peu exemplaires. Ils seraient de véritables prédateurs sexuels.

Quand le blanc est arrivé en Afrique pour mettre en pratique son plan de colonisation, il s’est servi de la Bible pour aliéner le Noir. Face à certains Noirs contestataires, d’autres Noirs ayant avalé l’évangélisation n’hésitaient pas à les livrer.

Le blanc étant parti, le communisme disparue au Congo Brazzaville, le mobutisme en RDC, d’autres prédateurs plus dangereux ont remplacé les colons blancs. Conscients de la faiblesse spirituelle de l’homme Noir adoubé par le crise financière et des conflits ethniques, des malins se sont autoproclamés pasteurs.




Il est triste de constater en RDC, malgré les preuves accablants l’escroc et pédophile Moise Mbiye, ces fidèles le soutiennent encore, parmi lesquelles des femmes. Ces pasteurs ont réussi à faire avaler aux naïfs qu’on ne s’attaque jamais aux serviteurs peu importe leur degré de bêtises. Le lavage de certains cerveaux a été efficace.

A la tête d’un grand business en forme d’église appelée ICC, Yves et Yvan Castanou ont su avec habilité gagner des âmes de quelques égarés africains. Au Congo, profitant de leurs liens familiaux avec la première dame du pays, ils utilisent le recrutement professionnel pour aveugler leurs fidèles.




En France comme au Congo, des fidèles de sexe féminin accusent en coulisse encore ces deux pasteurs de les utiliser comme esclaves sexuels. Yves Castanou qui est à la tête de l’organisme régulateur des communications du Congo a fait de la résistance à son ministre de tutelle qui venait de licencier. L’homme de Dieu a fait intervenir sa tante Antoinette Sassou Nguesso au lieu du Tout Puissant qu’il prétend servir.




Yves Castanou serait un pion double qui livre des informations sensibles du pouvoir à certains opposants et la société civile et à la fois livre les opposants au pouvoir. A partir des écoutes téléphoniques, nombreux sont les Congolais qui croupissent dans les geôles et qui ont perdu la vie. Une équipe de journalistes Congolais et étrangers viennent de boucler une enquête sur les agissements de ces pasteurs.