Affaire Ephrem Ngoula: Salgado et sa bande condamnés à 30 ans de prison

0
2057

Trois semaines après, le verdict sur l’affaire Ephrem est tombé. Six personnes, notamment Kiakouama Nkouka Birth, Mapouka Jordy Laurent, Obe Bredney Narlye, Kombo  Odilon Yann,  Salvado Emmanuelle et Itsika Merveille O’neil ont écopé de six ans de travaux forcés pour  avoir  volontairement donné la mort au jeune Ephrem Ngoula le 28 novembre 2021 à Pointe-Noire.

«L’homicide volontaire est prévu et puni par les articles 295 et 304 du Code pénal. Itsika Merveille O’neil et Salvado Emmanuelle ont été condamnés pour complicité d’homicide volontaire sur le jeune Ephrem Ngoula, fait prévu et puni par les articles 59 , 60 , 295 et 304 du Code pénal. Ces accusés bénéficient des circonstances atténuantes, ainsi ils sont priés de payer la somme de 15 millions de francs CFA chacun comme dommages et intérêts, soit au total la somme de 90 millions de francs CFA »,  a déclaré Etienne Loemba, président de la Cour d’appel de Pointe-Noire.

Pour Me Guillaume Bakouete, bâtonnier du barreau de Pointe-Noire,  c’est le plus long procès de sa carrière en qualité d’avocat dans la ville côtière. Pour ce dernier, c’est un sentiment de satisfaction, parce que la loi a été respectée au cours de ce procès et  le phénomène criminel devient très grandissant et très inquiétant au Congo.   

«Lorsque nous vivons en société, nous sommes tous tenus par un pacte social qui voudrait que chaque personne fasse des concessions en vue de vivre-ensemble avec les autres. Ainsi, si ce pacte est rompu, il faut le ressouder. Ce verdict vient là de ressouder ce pacte qui a été rompu. Il faut  appliquer les méthodes de correction de comportements anti-sociaux pour revivre le bonheur de vivre ensemble » a-t-il déclaré.

Pour sa part, Me Marcel Ngoma, avocat de la défense, le procès est passé mais ce n’est pas la fin des recours. « Il existe en droit ce que l’on appelle les voies de recours, en occurrence je pense qu’en accord avec les autres avocats de la défense des intérêts des accusés nous allons nous constituer très rapidement avant un délai de trois jours pour déposer un pourvoi en cassation. Le sentiment le plus évident que nous avons en partage est que ce n’est pas cet aspect de la justice que nous attendions, il y a au minimum une injustice qui a été ourdie et le bon droit n’a pas été dit », a-t-il déclaré.