Washington sanctionne le ministre cubain de la Défense pour la répression des manifestations

0
261

Les États-Unis ont annoncé ce jeudi 22 juillet avoir imposé une sanction financière à l’encontre du ministre cubain de la Défense Alvaro Lopez Miera et à une unité spéciale du ministère de l’Intérieur, responsables selon le président américain de la « répression » des récentes « manifestations pacifiques et pro-démocratie » à Cuba.

Ces nouvelles sanctions « ne sont qu’un début », a prévenu Joe Biden. Et d’ajouter : « Les États-Unis vont continuer à sanctionner les responsables de l’oppression contre le peuple cubain. » Le président américain a promis de continuer à faire pression pour la libération des prisonniers politiques. Des mesures qualifiées sur Twitter d’« infondées et discriminatoires » par Bruno Rodriguez, le ministre cubain des Affaires étrangères. 

Les États-Unis, a-t-il insisté, « devraient s’appliquer à eux-mêmes la loi globale Magnitski [adoptée sous Obama, cette loi permet d’instaurer des sanctions en cas de violations des droits humains, ndlr] pour les actes de répression quotidienne et les violences policières qui ont coûté 1 201 vies en 2020 » sur leur sol.

Joe Biden a été critiqué par les républicains et par la communauté cubaine de Floride pour n’avoir pas immédiatement affiché son soutien à ce qui apparaît comme le plus important mouvement de contestation du régime depuis plusieurs dizaines d’années. Mais il est aussi soumis aux pressions de la gauche du parti démocrate, qui réclame la fin de l’embargo renforcé sous Donald Trump. Le président avait promis pendant sa campagne de revenir aux relations de détente initiées sous l’ère Obama, rappelle notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Ce n’est pas le message envoyé par ces nouvelles sanctions.

Des manifestations contre le régime ont eu lieu le 11 juillet dernier. Des milliers de Cubains ont alors manifesté contre la situation économique et sanitaire sur l’île, certains appelant à la fin du communisme. Ces manifestations ont été sévèrement réprimées par les forces de l’ordre cubaines. Les jours suivants, des centaines d’arrestations d’activistes ont eu lieu.