Un délai d’un mois accordé aux opérateurs de téléphonie mobile pour corriger leurs bases de données

0
474

Dans le but de lutter contre la fraude en République du Congo, l’Agence de Régulation des Postes et Communications Electroniques ARPCE en sigle a rappelé hier aux opérateurs de téléphonie mobile à savoir MTN Congo, AIRTEL Congo et Congo Telecom, l’obligation de respecter l’identification aux abonnés du fait qu’un distributeur ne peut pas vendre des cartes SIM sans identification et un abonné ne peut pas avoir plus de 5 SIM à lui seul.

Selon le directeur de l’ARPCE Louis Marc Ntsakala, après une enquête réalisée par l’ARPCE, dans les différentes villes de la République du Congo il ressort qu’à Brazzaville, 70% des cartes SIM des abonnés sont bien identifiées et 30% seulement avec des fausses identités. À Pointe-Noire, 0% a respecté la procédure d’identification et à Dolisie 100% ont des identifications fausses.

Par ailleurs, avec l’arrivé de Mobile money ou d’Airtel money, cela a augmenté le nombre de fraudes liées aux transactions financières. Toujours dans ce même volet, il y a maintenant beaucoup d’arnaques, les soi-disant sociétés, entreprises ou les chefs de service dans les différentes administrations en République du Congo appellent souvent les gens à envoyer de l’argent pour le bon traitement de leurs dossiers par ici et par là. Après l’envoi des sommes d’argent, la personne n’a aucune suite favorable et après la vérification, c’est une carte Sim avec une fausse identité donc souvent difficile de permettre à la police de mener une bonne enquête.

Un mois, c’est le délai accordé aux opérateurs de téléphonie mobile à fin de revoir leurs bases de données faute de quoi, les sanctions leur seront imposées.