Turquie : Sassou Nguesso séquestré pendant deux heures par les services secrets Turcs

0
1883

Une faute très grave de la sécurité présidentielle congolaise formée essentiellement des Mbochis autour de l’Alima qui aurait des conséquences une fois au Congo. Alors qu’il venait de rentrer des funérailles de son défunt ami Eduardo Dos Santos à Luanda, Denis Sassou Nguesso a rendu une visite de courtoisie au président Turc Recep Erdogan. Dans le relais sécuritaire, les Turcs ont empêché les agents congolais d’embarquer dans les véhicules et Denis Sassou Nguesso s’est retrouvé seuls avec eux pendant les deux heures qui ont duré la visite.

Le Général Bonaventure Engobo a été viré du cercle présidentielle après que ses colis aient empêché l’avion présidentiel de décoller d’un aéroport brésilien. Denis Sassou Nguesso avait poiroté des heures dans une salle VIP avant que les travailleurs ne déchargent l’appareil. Il avait le nettoyage à son arrivée à Brazzaville. Fera-t-il de même avec ses agents qui l’ont abandonné aux mains des Turcs?

Un sujet Libanais installé au Congo a toujours défendu que les Congolais n’ont jamais pensé attenté à la vie de leur président dont la sécurité est très vulnérable. Tout ce qui se voit autour de lui lors de ses déplacements n’est que ce qu’on appelle «impression des As». Les Turcs viennent de le démontrer une fois de plus.

Sassou Nguesso a été pris en otage par la sécurité turque lors de son voyage à Ankara, au mépris de sa garde rapprochée grassement payée contrainte de se rabattre dans d’autres véhicules. Ces derniers ont abandonné leur président qui s’est retrouvé tout seul avec des parfaits inconnus. Du jamais vu au monde.

La garde rapprochée ne perd jamais de vue un président de la république. Pire, on n’abandonne jamais le PR dans un véhicule avec de parfaits inconnus armés de surcroît.Chauffeur inconnu, officier d’ordonnance turque de circonstance inconnu. Même pour fermer la porte du véhicule de Sassou Nguesso, c’est un turque qui s’en est chargé pendant que l’officier d’ordonnance congolais, les yeux hagards, semblait perdu…

S’il fallait éliminer Sassou Nguesso , les Turcs n’auraient eu aucune difficulté vu sa vulnérabilité ce jour. Après l’entretien avec Recep Erdogan, la sécurité Turc q remis tranquillement le président aux mains des congolais qui ont rejoint leur lieu des vacances.