Ta­lan­gai : à 16 ans, il vole 25 mil­lions de son père co­lo­nel de la GR et fait la fête avec ses amis

0
3962

Une grande fête entre jeunes las­cars dans un ap­par­te­ment loué dans une au­berge à Mou­kondo par le fils d’un co­lo­nel de la Garde Ré­pu­bli­caine, âgé à peine de 16 ans et qui a volé 25 mil­lions cfa dans la chambre de ses pa­rents.

Les tra­vailleurs de cette au­berge si­tuée à Mou­kondo ont été aux anges toute la du­rée de sé­jour de cette bande de jeunes mi­neurs. Ils af­firment avoir reçu cha­cun quelques 200.000 cfa pour gar­der si­lence et ne pas in­quié­ter les fê­tards. « Ils or­ga­ni­saient des par­touzes avec des jeunes filles et d’ici on en­ten­dait des gé­mis­se­ments » confie un tra­vailleur.

La loi in­ter­dit nor­ma­le­ment à tout mi­neur la fré­quen­ta­tion de cer­tains mi­lieux. Mais au Congo, tout est au­to­risé et les mi­neurs ont ac­cès dans des hô­tels, bars et même boites de nuit.

Le fils d’un in­fluent co­lo­nel de la Garde ré­pu­bli­caine, âgé de 16 ans a volé à son père la somme de 25 mil­lions cfa et s’est ré­fu­gié avec ses amis pen­dant une se­maine dans un ap­par­te­ment dans une au­berge à Mou­kondo dans le 4e ar­ron­dis­se­ment Moun­gali.

Les tra­vailleurs de cette au­berge ont as­sisté à ce qu’on ap­pelle vé­ri­table fête à l’ins­tar de celles or­ga­ni­sées par des stars. Il y’ avait du cham­pagne et bois­son à gogo, de la bouffe. Un tra­vailleur af­firme avoir pour la pre­mière fois de sa vie man­ger des crus­ta­cés, ce qu’il ap­pelle « nour­ri­ture des riches et blancs ».

Ces jeunes mi­neurs ont fait dé­filé non seule­ment des filles mi­neures comme eux, mais aussi des pros­ti­tuées Ki­noises ma­jeures avec les­quelles, ils or­ga­ni­saient des par­touzes. Deux tra­vailleurs de cette au­berge af­firment avoir été in­vi­tés à y par­ti­ci­per. «J’ai sauté une pe­tite de 16 ans et elle était trop bonne ! » se fé­li­cite le tra­vailleur ma­jeur.

Pa­ni­qué par la dis­pa­ri­tion de son fils qu’il croyait hors du pays, le Co­lo­nel a fait pas­ser le mes­sage par ses amis qu’il ne le tien­drait pas ri­gueur et com­pre­nait que c’était une fo­lie de jeu­nesse. Le jeune vo­leur en de­ve­nir a re­ga­gné tran­quille­ment le do­mi­cile fa­mi­lial après sa fo­lie. Il a été par­donné par ses pa­rents, 25 mil­lions cfa ne re­pré­sentent rien à leurs yeux !