Suisse: Les médecins ont -ils découvert un cancer de la peau chez Sassou à cause du Tsoko?

0
3173

C’est le diagnostic de trop qui aurait fait péter les plombs au chef du cartel d’Oyo. Les médecins lui auraient diagnostiqué un cancer de la peau, causé par les produits qu’il utilise pour son « tchilongo c’est bon ». En dehors de celui de la prostate en état avancé, vient s’ajouter de la peau. Sassou Nguesso aurait pris la sage décision d’aller se reposer dans on Edou natale que de mourir comme d’autres en Europe.

C’est depuis le 17 août que le chef du cartel d’Oyo séjourne en Suisse où il s’est rendu en catastrophe au chevet de son épouse dont la santé demeure précaire malgré les assurances à leurs proches avec une apparition médiatisée.

Loin du bruit de ses opposants de France, Denis Sassou Nguesso en a profité pour faire son bilan de santé et charger les batteries avant de rentrer au pays. Mais malheureusement pour lui, les différents examens médicaux ont donné des résultats peu rassurants et dans l’entourage restreint on parle d’un cancer de la peau.

«  Vieux mpe, alela tsoko trop, tala ba kangui yé na cancer de la peau ». C’est le message que véhicule son entourage qui craint pour sa vie et des conséquences qui en découleraient.Les dernières révélations sur la chute du dictateur Alpha Condé parlent de son état de santé critique après son bilan de santé au Maroc. Ce qui est poussé son clan à l’évincer.

Denis Sassou Nguesso est l’unique président africain qui n’a jamais aimé la couleur de sa peau et s’est éfforcé de suivre de mauvaise manière la voie tracée par Michael Jackson. Au lieu d’acheter des bons produits éclaircissants, le tyran d’Oyo a préféré nager dans les mêmes eaux que la plupart des Tsokoman du pays par l’application des crèmes classiques contenant une forte dose d’hydroquinone.

Des photos de Sassou présentant deux couleurs (noir- jaune), ont été diversement interprétées, mais ont fait la honte à tout un pays. En Afrique, on se demande comment un chef d’État peut-il incarner des anti valeurs à ce point ?

Les deux cancers que traînent Denis Sassou Nguesso auront bel et bien raison de lui dans un futur proche et le Congo se serait débarrassé naturellement de son plus grand tyran.