Moqué par l’Élysée, Sassou Nguesso annule son voyage à Kiev et envoie Florent Ntsiba à sa place

0
3170

Depuis que la fondation Brazzaville que dirige son ami Jean Yves Ollivier a préparé en toute discrétion l’envoie d’une mission de paix en Ukraine et Russie, Denis Sassou Nguesso est devenu le centre de commérages des diplomates occidentaux en Afrique mais et surtout du service africain de l’Élisée. Pour la France, le Congolais qui a manœuvré derrière la fondation Brazzaville est un opportuniste qui aime se mettre en scène alors qu’il n’en a pas la carrure. On a rappelé ses échecs en Libye , au Soudan et surtout son manque d’empathie envers la RDC qui est attaquée par son autre ami Paul Kagamé. Des câbles diplomatiques désobligeants contre le président congolais ont fini par le décourager à faire le voyage de Kiev et Moscou. Il sera néanmoins représenté par son directeur de cabinet Florent Ntsiba et non son ministre des affaires étrangères.

A Brazzaville, on tente de justifier cette absence de Denis Sassou Nguesso par l’aggravation de la situation sur le terrain depuis la fameuse contre offensive Ukrainienne. Les conditions ne semblent pas être réunies pour un dialogue apaisé et constructif avec l’implication de l’OTAN aux côté de Kiev.

Mais en réalité, Denis Sassou Nguesso n’a pas supporté d’apprendre tout le mal que Paris a fait répandre contre lui, arrivant même à le traiter d’un pro Russe endurci. Le président du Congo qui vient d’effectuer une visite de rêve en Côte d’Ivoire avec les bains de foule et éloges a appris de l’Élysée qu’il aime trop les cameras pour zéro résultat.

La France s’est mis à dos une grande majorité de la jeunesse africaine pour son soutien à Kiev et ses leçons de morale aux chefs d’État Africains sur leur neutralité. A chaque occasion, Emmanuel Macron ne cesse de marteler que la jeunesse africaine est manipulée par la Russie comme si elle n’a pas de cerveau pour réfléchir par elle-même.

« Ce vieux dictateur a incité son ami Jean Yves Ollivier à le remettre sur la scène internationale par cette mission de paix qui est vouée à l’échec et ces nègres vont juste faire le tourisme» est le message que Paris a fait circuler auprès des diplomates occidentaux en Afrique. Blessé dans son amour propre, Denis Sassou Nguesso a renoncé au voyage.

C’est en parallèle des cadres diplomatiques habituels que ce projet de mission s’est monté. Avec, au cœur de ses réseaux présidentiels, la Fondation Brazzaville, créée en 2015 et présidée par le Français Jean-Yves Ollivier. L’homme d’affaires a fait fortune dans le négoce des matières premières dans le monde entier, particulièrement en Afrique où il a tissé, depuis quatre décennies, de puissants liens avec les dictateurs dont Denis Sassou Nguesso.