Sénégal: le PDS dépose la caution de Karim Wade pour sa candidature à la présidentielle

0
395

L’opposant sénégalais Karim Wade a fait lundi un pas important vers la présidentielle de 2024 en déposant la caution exigée pour se présenter, malgré son silence sur sa candidature et son absence toujours du pays.

C’est le trésorier du parti, le Parti démocratique sénégalais, qui s’est chargé de déposer la caution au nom de Karim Wade. 45 000€ sous forme de chèque. Il s’agit de la 2ᵉ condition exigée pour être candidat à la présidentielle après la collecte d’au moins 44 500 parrainages citoyens.

« Nous respectons le calendrier », a expliqué le directeur de campagne du PDS Maguette Sy, qui s’est voulu rassurant sur l’absence du candidat Karim Wade du Sénégal affirmant que pour l’heure « sa présence n’est pas indispensable »

Car c’est toute la particularité de la candidature de Karim Wade, 55 ans, à cette présidentielle. Choisi par son parti, il n’a toujours pas été officiellement investi. Aucune date n’a encore été annoncée pour la tenue d’un congrès du parti ou encore le retour de Karim Wade dans son pays. Karim Wade qui par ailleurs garde le silence sur sa candidature

Ses partisans rappellent qu’en 2000, Abdoulaye Wade est rentré tout juste 45 jours avant la présidentielle. Pour l’enseignant-chercheur en science politique, Maurice Soudieck Dione il pourrait donc s’agir d’une stratégie politique : attendre le dernier moment et de savoir si sa candidature est validée par la Cour constitutionnelle avant de rentrer faire campagne.

Car des interrogations subsistent sur les implications juridiques de la condamnation de Karim Wade en 2015. S’il a été gracié dès 2016, reste une incertitude sur la nécessité ou non de s’acquitter de l’amende de 138,239 milliards de francs CFA, même si les membres de son parti affirment qu’à l’issue du dialogue national avec le pouvoir, cette question de l’amende a été réglée.

Karim Wade a été condamné en 2015 à six ans de prison ferme pour enrichissement illicite. Détenu pendant plus de trois ans, il a été gracié en 2016 par le président Macky Sall, et vit depuis en exil, le Qatar étant communément cité comme un de ses lieux de résidence.