Quand la mairie de Loandjili vendait la nationalité congolaise aux Syriens à Pointe-Noire

0
1225

Suite à l’article publié sur ce média relatif à l’interpellation de 17 Syriens à l’aéroport de Madrid en possession des passeports congolais, l’ambassade du Congo de France a pondu un communiqué réfutant cette information en se cachant derrière un alibi de l’ambassade d’Espagne à Paris. Une information pourtant relayée par la presse espagnole et la Croix Rouge en charge de ses demandeurs d’asile. Sacer-infos a décidé de rappeler l’origine de cette fraude au documents administratifs congolais remontant au 17 janvier 2023 avec l’arrestation du secrétaire général de l’arrondissement 4 Loandjili, Naul Analuch Ngobo Lendzo, un petit à confiance du premier ministre Anatole Collinet Makosso.

Le mercredi 05 juillet, l’administrateur-maire du 4ème arrondissement de Pointe-Noire, Loandjili, Zéphirin Nguié, son secrétaire général, Naul Alaluch Ngobi Lendzo, ainsi que 12 autres personnes ont été condamnées à entre 18 mois et 5 ans d’emprisonnement ferme pour corruption, faux en écriture publique, complicité de corruption et complicité de faux en écriture publique.
La chambre pénale de la Cour suprême a rendu son verdict le mercredi 05 juillet sur une affaire de corruption, faux en écriture publique, complicité de corruption et complicité de faux en écriture publique. Un procès concernant le ministère public et l’Etat congolais, contre certains citoyens, et les sujets syriens et libanais. 

Parmi les 16 personnes poursuivies, deux ont été déclarées non coupables, quatorze condamnées, à 18 mois, 2 ans et 5 ans d’emprisonnement ferme. 

Au nombre des personnes reconnues coupables figurent l’administrateur-maire du 4ème arrondissement de Pointe-Noire, Loandjili, Zéphirin Nguié ; son secrétaire général, Naul Alaluch Ngobi Lendzo ; son conseiller politique, Kammal Boris Nguié Ngaloyi, ainsi que le chef de service d’état civil de Loandjili, Adji Christian Ngakosso. Ces derniers ont écopé chacun de 18 mois d’emprisonnement ferme avec une amende de 120 000 FCFA.

Le président du tribunal d’instance de Loandjili, Ema Serge Lionel a lui aussi été frappé par la rigueur de la loi. Il a écopé de 5 ans d’emprisonnement ferme et 120 000 FCFA d’amende pour avoir délivré de faux documents judiciaires à trois Syriens. 

Reconnu également coupable, le greffier en chef du tribunal d’instance de Loandjili, Anaclet Ambou, a été condamné à 2 ans d’emprisonnement ferme et 120 000 d’amende.

Le Libanais Abbas Haidar qui a facilité Alawad Alsaeb Saleh, Alghabra Jaber et Rahil Bashar, tous sujets de nationalité syrienne, à obtenir de faux documents administratifs et judiciaires ont été condamnés à dix-huit mois d’emprisonnement ferme et de 120 000 FCFA d’amende.

Malheureusement même face aux évidences, les autorités congolaises choisissent toujours les raccourcis en niant tout. Ces 17 Syriens interpellés et ayant sollicité protection auprès de l’Espagne ont bel et bien reconnu avoir utilisé les passeports congolais pour leur voyage après les rapports de la compagnie aérienne marocaine Royal Air Maroc. Mais, malgré cela, l’ambassade du Congo en France a pondu un faux communiqué sans aucune base se prévalent d’une communication imaginaire avec l’ambassade d’Espagne à Paris.