Pourquoi le clan Sassou refuse-t-il la démission du chef d’état major le général Blanchar Okoi ?

0
2826

La démission du chef d’État major des forces armées congolaises est sur le bureau du commandant en chef suprême depuis des mois. Le clan Sassou refuse à ce jour de l’accepter dans leur logique de virer les responsables et non les voir s’en aller d’eux-mêmes. Les mises en place dans le commandement militaire ont déjà été actées par le clan et n’attendent que leur effectivité. Accepter la démission du général Guy Blanchard Okoi, c’est le laisser s’en aller avec les honneurs, une insulte aux vertus du clan Sassou.

La mascarade électorale de juillet a conforté les officiers militaires intellectuels dans leur opinion sur la dérive de la Nation. L’armée qui est au service du peuple et non d’un groupe de personnes commence peu à peu à prendre conscience de ses responsabilités en s’éloignant de la milice du pouvoir composée de plus de 8000 hommes dotés des meilleures armes.

Le général Guy Blanchar Okoi, le CEMG a depuis cessé de se faire manipuler comme un chien par le clan Sassou et nombreux sont les affrontements entre eux qui ne fuitent pas encore. Il a été accusé à Edou de fomenter un coup d’État et d’alimenter les cellules dormantes au sein des FAC qui sont contre le pouvoir.

Bien qu’à Edou son remplaçant a été déjà trouvé à l’unanimité, le clan peine encore à officialiser ce changement au sein du haut commandement militaire composé en grande partie des officiers du Nord.

Le dernier affrontement entre le général Guy Blanchar Okoi était sur la question de l’envoie des militaires à Mouyondzi pour veiller au déroulement du deuxième tour des législatives opposant les candidates Munari et Mikolo. Selon le CEMG, les informations à sa disposition ne présageaient pas des tensions dans la localité et ne trouvait pas l’utilité d’une militarisation de Mouyondzi.

Mais il a été contourné par le clan Sassou qui a dépêché à Mouyondzi des militaires pour dit-on sécuriser le vote. Sur place, les militaires envoyés se sont rendu de la supercherie de la ministre Mikolo et son équipe de campagne qui ont transmis des fausses informations à Brazzaville. Le clan Sassou n’a pas apprécié que le général Guy Blanchar Okoi interfère dans l’arène politique en déconseillant le trucage des résultats de Mouyondzi.

Le général Guy Blanchar Okoi a rappelé au clan Sassou que sa démission est sur leur table depuis des mois et qu’il en tirait toutes les conséquences. «On ne va jamais vous faire plaisir en acceptant votre démission, tout se fera selon notre volonté!» a été la réponse du clan au général.

En tribalisant les forces armées congolaises, le clan Sassou croyait éternellement en tirer les dividendes et conserver leur pouvoir. Mais avec le temps, les mêmes militaires commencent à se rendre compte que le véritable frein au développement du pays est bel et bien le clan Sassou.